Navigation – Plan du site

Introduction

Frédéric Pousin
p. 9-18

Texte intégral

  • 1  Jost François, Le culte du banal. De Duchamp à la réalité, Paris, CNRS Éditions, 2007.
  • 2  Bégout Bruce, La découverte du quotidien,Paris, Allia, 2005.
  • 3  Paquot Thierry, Le quotidien urbain. Essai sur le temps des villes, Paris, La découverte, 2001.

1Les notions du quotidien, de l’ordinaire, du banal bénéficient aujour­d’hui d’un regain d’intérêt dont témoignent, entre autres, le petit ouvrage incisif de François Jost Le culte du banal1ou encore l’entreprise philosophique originale de com­préhension du monde quotidien à laquelle se livre Bruce Bégout dans La découverte du quotidien2. Ce sont les multiples temporalités au cœur des relations que le quoti­dien tisse avec la ville, que le philosophe Thierry Paquot explore, quant à lui, dans l’ouvrage collectif intitulé Le quotidien urbain. Essai sur le temps des villes3. Son intro­duction s’ouvre sur une petite chronique d’un quotidien banal, révélatrice des déca­lages qui existent entre les temps sociaux et individuels, soulignant de la sorte l’hiatus des horloges biologiques et des horloges citadines. Cette chronique trahit des choix de sociétés caractéristiques d’une stratégie d’uniformisation des modes de vie, engen­drée par la globalisation.

  • 4  Goffman Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday Anchor Books, 1959, (...)
  • 5  Lefebvre Henri, Critique de la vie quotidienne I. Introduction, Paris, L’Arche, 1947, Critique de (...)
  • 6  De Certeau Michel, L’invention du quotidien 1. Arts de faire, Paris, Union générale d’éditions, co (...)
  • 7  Di Méo Guy (dir.), Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 1996.

2Mais notre objet n’est pas ici de dresser un état des lieux de ces travaux récents dans lesquels on pourrait voir notamment un effet du retour historique sur les années 1960 et 1970, qui ont, à bien des égards, prêté à cette notion de quotidien une attention toute particulière. De même qu’il nous est impossible dans l’espace d’une introduction d’imaginer proposer un panorama des travaux en sciences sociales qui se sont confrontés au quotidien. Nous ne pouvons que prendre acte de l’impact qu’ont pu avoir sur le développement de l’ethnométhodologie les travaux d’Erving Goffman, notamment The Presentation of Self in Everyday Life4 publié en 1959 ; ainsi que les trois tomes d’Henri Lefebvre Critique de la vie quotidienne I, II et III5, qui ont contribué au profond renouvellement des approches philosophiques de la notion et ont nourri l’école française de sociologie urbaine. Enfin L’invention du quotidien6 de Michel de Certeau apparaît désormais comme une contribution décisive et incon­tournable, ainsi qu’en attestent l’analyse de Bruce Bégout et la place que lui consacre François Jost dans son chapitre intitulé précisément « Inventer le quotidien ». Du côté de la géographie sociale, l’ouvrage consacré par Guy Di Méo aux Territoires du quotidien7, constitue une référence certes, mais elle ne saurait être dissociée des nom­breuses recherches sur les « espaces vécus », développés notamment par les écoles française et suisse de géographie dès les années 1970.

  • 8  Sheringham Michael, La notion du quotidien, cycle de conférences données au Collège de France les (...)

3On notera également, à la suite de Michael Sheringham8, l’apport de l’art et de la littérature à la réflexion sur le quotidien. Ainsi, pour les écrivains surréalistes, l’uni­vers quotidien possède-t-il sa propre densité. Les grandes œuvres en prose d’André Breton dans les années 1930 portent sur le détail des activités quotidiennes et, à tra­vers la dimension documentaire de la littérature, l’imaginaire s’ancre dans le réel. Pour les surréalistes, la perception routinière défigure le monde et l’acte d’attention permet de voir à nouveau ce que nous ne voyons plus. La rencontre du merveilleux procède donc d’une conversion du regard et de la force de l ‘évidence. Ce mouvement s’accompagnait d’un engouement pour l’anthropologie, dont on sait qu’il a contribué à une véritable mutation dans la manière d’appréhender les rituels et l’altérité.

4Le présent volume de la collection Strates, « Les espaces du quotidien », parti­cipe du regain d’intérêt pour la notion. Il s’agit ici de croiser espace et quotidien, c’est­à-dire de saisir la dimension quotidienne à travers les transformations spatiales et sociales qui constituent l’angle d’attaque privilégié du laboratoire Ladyss. Dans un contexte de forte urbanisation où des territoires, souvent de très grande dimension, sont amenés à se transformer rapidement et radicalement, où les mobilités sont en constante augmentation, les découpages traditionnels de l’espace (villes/campagnes, public/privé…), les représentations, les paradigmes de l’aménagement comme les ancrages territoriaux des individus et des groupes sociaux sont non seulement désta­bilisés, mais en fluctuation. C’est ce constat qui a motivé le choix d’un groupe de chercheurs du Ladyss, réuni dans l’axe de recherche « Recompositions des territoires du quotidien. Représentations, pratiques, projets » de privilégier l’appréhension conjuguée des pratiques et des espaces construits en accordant toute son importance à l’individu, notamment d’un point de vue méthodologique. Ce volume est issu, pour partie, du travail collectif réalisé par les chercheurs et enseignants chercheurs de cet axe au sein d’un séminaire commun mené à l’Université de Paris 1, qui s’est tenu de 2004 à 2007. Il s’est enrichi également de contributions extérieures qui apportent, entre autres, une diversité culturelle recherchée.

5Plusieurs approches complémentaires, impliquant géographes, sociologues, anthropologues, architectes et urbanistes, se sont avérées nécessaires pour tenir un tel programme. En effet, un enjeu des travaux menés ici, et qui rejoint la vocation plu­ridisciplinaire du Ladyss, a consisté à faire converger des travaux portant sur les pra­tiques et les projets, les habitants et les professionnels qui contribuent à configurer l’espace, en accordant toute l’attention nécessaire aux représentations que les uns et les autres mettent en œuvre. Représentations mentales, mais aussi représentations matérielles qui, bien souvent, constituent des intermédiaires essentiels dans les démarches d’aménagement.

6Un objectif a consisté également à analyser la production du territoire en tant que tension entre action et construction historique. Il s’agit alors d’accorder toute son importance à l’historicité de l’espace construit, comme à l’historicité des modes de pensée de l’espace. Enfin, la problématique de recherche a été menée sur des espaces et des cultures divers. On s’est attaché à comprendre les circulations entre les espaces et les cultures.

7Ce séminaire sur les espaces du quotidien s’est trouvé confronté à l’impérieuse nécessité d’éclairer théoriquement cette notion de quotidien. Car celle-ci recouvre plusieurs problématiques qu’il s’agit de penser dans leur articulation : elle engage une appropriation du temps, de l’espace et du corps qui n’est ni le temps et l’espace natu­rels, ni le temps et l’espace mentaux ; par rapport aux activités fonctionnelles telles qu’habiter, circuler, se vêtir, travailler, le quotidien se définit comme le résultat de leurs interférences et comme un résidu en même temps. Il est aussi à l’interface entre les modalités du répétitif que sont le cyclique et le linéaire ; il désigne enfin l’en­semble des relations de distance, de proximité et de voisinage. Toutes ces probléma­tiques sont au cœur des interrogations portées autour des mutations territoriales qui nous préoccupent.

8Dès 1947, Henri Lefebvre, entamant son travail inaugural et critique, posait la nécessité d’une théorisation conceptuelle du quotidien. Celle-ci se retrouve dans plu­sieurs de ses ouvrages. Nous nous y arrêterons un instant.

9Le premier ouvrage, écrit en 1945, paraît en 1947 aux éditions Grasset, dans la collection « Témoins », sous le titre Critique de la vie quotidienne I. Introduction. Une seconde édition paraît dix ans plus tard, en 1958, chez Arche, dans la collection « Le sens de la marche », avec un avant-propos. En 1961, chez le même éditeur et dans la même collection, il publie Critique de la vie quotidienne II. Fondements d’une sociologie de la quotidienneté. Suivra, en 1981, une Critique de la vie quotidienne III. De la modernité au modernisme.

10Dans son premier ouvrage publié en 1947, Henri Lefebvre désigne la vie quoti­dienne comme le lieu où peut être saisi le « concret humain ». Son idée est que le quoti­dien est une voie pour aborder concrètement la globalité. Toutefois, il souligne la nécessité de disposer d instruments et de méthodes pour appréhender la vie quoti­dienne dans son caractère concret. Ces instruments et méthodes lui sont fournis par le marxisme et son approche critique et dialectique. Il éclaire les lectures conflictuelles de la vie quotidienne qui en font tantôt un objet de plénitude dont les événements qui le composent sont infiniment chargés de sens, tantôt un objet de dépréciation au profit d’une autre vie, d’un autre monde. Lefebvre propose de penser la vie quotidienne dans son unité contradictoire, en menant une réflexion critique grâce au concept philoso­phique d’aliénation alors au centre des discussions philosophiques.

11Dans l’ouvrage de 1961, Lefebvre poursuit la réflexion sur les instruments et l’approche critique qui est à ses yeux la condition même d’une production de connaissance. La sociologie de la quotidienneté, dont ce volume entend construire les fondements, vise à déchiffrer le réel à la lumière des possibles ouverts par la critique du réel et sa transformation par l’action. Les catégories spécifiques telles que le vécu, le spontané, l’ambiguïté, etc. sont approfondies. Celles de la philosophie telles que totalité ou logique s’y trouvent prolongées sur un plan non philosophique. Une théorie du champ sémantique, des processus et des moments donne lieu aux trois derniers chapitres du volume.

  • 9  Debord Guy, Internationale situationniste (1958-1969), Paris, Champ-Libre, 1975.

12Dans le troisième tome de la Critique de la vie quotidienne, Lefebvre propose une définition historique de la quotidienneté en tant qu’elle est le produit de la moder­nité. Avec le XIXe siècle, le règne du capitalisme et de la marchandise, apparaissent de nouvelles formes de domination qui sont rapidement intériorisées. En outre, le concept de quotidien éclaire le passé dans la mesure où il permet de penser le grand problème de la répétition. Il est à la croisée de deux modalités, le cyclique dominant dans la nature et le linéaire dominant dans les processus rationnels. Lefebvre formule l’idée suivant laquelle, dans les sociétés anciennes ou primitives, il n’y aurait pas de vie quotidienne mais un style de vie. Il apparaît dès lors une distinction entre vie quo­tidienne et quotidienneté, la vie quotidienne constituant un ensemble de relations de distances, proximités et voisinages, le terrain et l’enjeu de conflits d’appropriations mettant en jeu l’espace, le temps, le corps. La quotidienneté serait, quant à elle, la dégradation du quotidien, le produit de la société de consommation. Guy Debord et l’Internationale Situationniste rejoignent ici Henri Lefebvre lorsqu’ils dénoncent une vie quotidienne aboutissant à l’extrême aliénation, au nom des techniques récentes et de la société de consommation9.

13Michel de Certeau partageait avec Henri Lefebvre, qu’il a peu cité et peut-être peu lu, la conviction que le quotidien recèle une part d’irréductible et de merveilleux qui en font un lieu de résistance à la domination et à l’homogénéisation. Pour de Certeau la notion d’aliénation n’est plus d’actualité et, en historien qu’il est, il déve­loppe, paradoxalement, une interrogation microphénoménologique du quotidien en décrivant les pratiques habitantes en Californie à la fin des années 1970. Sa réflexion, par ailleurs d’ordre anthropologique, place la vie quotidienne sous le signe d’une vita­lité insoumise et créatrice qui résiste à tous les systèmes d’homogénéisation sociale. Le quotidien est pour Michel de Certeau l’endroit du déploiement des tactiques sin­gulières et subversives qui permettent à l’individu ou au groupe de se dérober aux stratégies sociales de domination qui agissent sur lui. Ces actes de résistance et de détournement n’ont pas de territoire propre, ils sont pluriformes, hétérogènes et ils procèdent de la ruse. Ainsi, l’usage se distingue de la conformation à la règle, il intro­duit des déplacements qui participent d’un véritable « art de faire ». La manière d’oc­cuper l’espace et le temps quotidien par la lecture d’un livre, une promenade en ville, l’accomplissement des tâches ménagères constituent une forme d’actualisation des contraintes sociales à une situation concrète toujours particulière qui leur imprime la marque d’une appropriation polémique et rusée. Résistance, ruse et inventivité sont les trois figures qui subsument la réflexion de De Certeau.

  • 10  De Certeau Michel, L’invention du quotidien, tome 1, Les arts de faire, Paris, réed. Gallimard, Fo (...)

Mille façons de jouer/déjouer le jeu de l’autre, c’est-à-dire l’espace institué par d’autres, caractérisent l’activité, subtile, tenace, résistante, des groupes qui, faute d’avoir un propre, doivent se débrouiller dans un réseau de forces et de représentations établies. Il faut faire avec. Dans ces stratagèmes de combattant, il y a un art des coups, un plaisir à retourner les règles d’un espace contraignant. Dextérité tactique et jubilatoire d’une technicité10.

  • 11  Trebitsch Michel, « Henri Lefebvre en regard de Michel de Certeau : critique de la vie quoti­dienn (...)

14Certains auteurs, dont Michel Trebitsch, voient dans l’inventivité revendiquée par De Certeau, une continuité de l’attitude critique au sens philosophique que déve­loppait Henri Lefebvre11.

  • 12  Bégout Bruce, La découverte du quotidien, op. cit.

15Pour un auteur contemporain comme Bruce Bégout, qui tente de relancer, en philosophe, la réflexion sur le quotidien12, la créativité revendiquée par De Certeau, mais aussi bien par Lefebvre ou Debord, est surestimée et, en cela, relève d’un héri­tage romantique. Une telle surestimation rejette le quotidien dans la dévalorisation dès lors qu’il n’est plus inventif ou subversif, le relègue dans un assujettissement aux dispositifs mécaniques des pouvoirs sociaux. Bégout engage à ne pas considérer que, dans l’action seule, réside l’essence de l’homme, ni que la passivité soit obligatoire­ment une subordination scandaleuse. Il invite à explorer les relations dynamiques et complexes entre le familier et l’étranger au sein même de la quotidianisation et qui conduirait non pas vers le détournement ou l’invention mais plutôt vers une conduite prudente. De cet important volume, nous retiendrons l’idée de familiarisa­tion en tant que processus de domestication de l’étrange, de l’inconnu. Car le quoti­dien ne se laisse en fait jamais enfermer dans une attitude, il balance entre l’ordre familier et l’ouverture vers l’inconnu.

  • 13  Ibid. p. 43.
  • 14  Ibid. p. 45.

L’élément moteur du quotidien consiste en effet, […], en la domestication discrète de la réalité non quotidienne, à savoir en la transformation de l’étrange en familier13. […] Si néanmoins, le quotidien s’ouvre sans cesse sur l’inconnu au point d’en retirer sa substance vitale, il ne tente pas d’en faire l’expérience. Au contraire, le trait caractéristique du monde quotidien est de chercher à perpétuellement domestiquer l’horizon flou qui l’entoure par le biais de rituels de familiarisation. Il recentre l’univers infini sur le monde clos de la fami­liarité où il trouve une assurance. En un sens le quotidien aspire continuellement à dépas­ser la dynamique du familier afin d’établir un domaine de vie certain et sûr14.

  • 15  Ostranienie en russe.
  • 16  Aucouturier Michel, Le formalisme russe, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1994.

16La réflexion de Bruce Bégout ouvre une voie originale à la réflexion sur le quo­tidien, dans la mesure où il situe sa pensée à l’opposé de la tradition romantique qui avait marqué ses prédécesseurs. En effet, l’ultime développement de cette tradition romantique chez les formalistes russes n’a-t-elle pas produit une compréhension de la production artistique en tant que phénomène d’estrangement15 que les traducteurs ont exprimé avec justesse en français par le terme de défamiliarisation16. C’est à com­prendre le processus exactement symétrique que nous invite Bruce Bégout avec éru­dition et originalité.

17Le volume que l’on va lire est organisé en deux parties, l’une explorant la pro­blématique habiter, se rencontrer, circuler, l’autre questionnant le rapport du proche et du lointain, la relation entre ordinaire et exceptionnel. Il s’inscrit délibérément dans les lignes de théorisations ouvertes par les travaux de référence sur le quotidien. Ces lignes ont en commun de privilégier l’interrogation sur l’espace-temps. À vrai dire elles touchent au cœur des disciplines de l’espace dans la mesure où elles per­mettent d’explorer, à partir d’un angle d’attaque original qui est celui du familier, ce qui fait territoire d’une part, ce qui fait paysage de l’autre. Car aujourd’hui, la mobi­lité est au cœur des pratiques de l’habiter, en même temps que, pour qu’il y ait pay­sage, le proche ne peut être dissocié du lointain, l’ordinaire de l’exceptionnel. Et à l’instar de Bruce Bégout qui privilégie le processus sur le fait, lorsqu’il interroge la quotidianisation à travers les phénomènes de familiarisation, nous avons, pour notre part, délaissé la problématique des territoires, canonique pour la géographie, pour ouvrir celle de la territorialisation, c’est-à-dire des processus de construction des ter­ritoires, jugée plus ouverte et adéquate pour penser les pratiques de mobilité qui en sont indissociables.

18La première partie du volume se concentre sur les pratiques de l’habiter, de la rencontre et de la mobilité qui participent de la construction des territoires, dans tous les sens que ce terme peut revêtir. Hélène Jannière, en historienne de l’urbanisme, éclaire la diffusion de la notion d’unité de voisinage, depuis sa création aux États-Unis au début des années 1920, lorsqu’elle fut élaborée en prenant en considération les déplacements quotidiens, la fréquentation journalière de l ‘école primaire ou du centre civique. Elle analyse sa réception en France, son application à partir de 1951 à quelques projets de quartiers, puis sa généralisation pour la réalisation des ZUP, à partir de 1958. Invoquée par les architectes et les urbanistes pour son pouvoir à générer des relations de sociabilité, cette construction procède d’une forme de pensée spatialiste, dont la critique sera faite par les observateurs des pratiques sociales et de la vie quotidienne.

19L’article de Denis La Mache propose précisément une étude ethnologique des pratiques habitantes au sein d’un grand ensemble HLM, pratiques grâce auxquelles se configurent et s’administrent les espaces et les lieux, tant matériellement que sym­boliquement, pour faire territoire. À partir de plusieurs postures théoriques articulées, l’auteur propose d’appréhender des blocs d’espaces-temps fabriqués dans la répétition, qui mettent à jour un acte d’imagination productrice, et non pas reproductrice, une production par la familiarité, la routine, validée par la pratique.

20Bouziane Semmoud, quant à lui, confronte des quartiers d’habitat collectif et de lotissements populaires de la périphérie d’Oran pour examiner les expériences de la vie urbaine commune qui fondent la sociabilité produite au quotidien. Le déplace­ment n’est pas seulement géographique par rapport à l’étude de Denis La Mache, il est aussi d’ordre méthodologique dans la mesure où sont pondérés autrement mode d’accès à l’habitat et modalités de peuplement. Surtout, le déplacement est culturel, dans la mesure où cette dimension demeure un facteur de différenciation qui met en évidence les spécificités nationales et locales des aménagements. La comparabilité des villes, autorisée par l’uniformisation des stratégies de maîtrise de l’espace que génère la globalisation, trouve ici ses limites. Par exemple, de nouveaux parcours de circula­tion sont redessinés par les pratiques quotidiennes des habitants qui s’affranchissent des plans et structures de la ville « moderne », sans pour autant faire retour aux struc­tures spatiales de la medina algérienne.

21Il convient de discerner les enjeux politiques des pratiques quotidiennes dans l’ordre de la construction sociale. Quelle résonance ont-elles dans la construction des individus et des sociétés d’aujourd’hui ?

22Agnès Blasselle centre son étude sur un lieu de sociabilité central pour la ville chinoise de Chengdu, située dans la province du Sichuan : la maison de thé. Elle montre, dans un contexte de mutations urbaines et sociales rapides, que la maison de thé, désormais en concurrence avec d’autres formes de loisir liées au tourisme et à la consommation de masse, connaît des transformations majeures tant dans sa forme que dans ses pratiques. Son espace intérieur se morcelle, les pratiques s’y diversifient, elle s’installe dans des immeubles. Ainsi, les nouvelles maisons de thé témoignent d’une perte d’importance des lieux de quartier et de proximité, au profit de lieux déterritoria­lisés situés en ville et en périphérie. Elles permettent d’étudier les relations que les nouveaux modes de loisir entretiennent avec les lieux de vie du quotidien.

23Ce sont aussi les nouvelles pratiques citadines qu’étudie Céline Pierdet dans la ville de Phnom Penh, pratiques qui coexistent avec des pratiques agraires caractéris­tiques des sociétés riveraines des grands fleuves d’Asie. Là encore, c’est une image de modernité promue auprès des investisseurs et des touristes qui favorise l’émergence des nouvelles pratiques quotidiennes en ville, produisant de nouvelles territorialités souvent en concurrence avec celles ancrées dans un mode de vie agraire.

24L’étude d’Yves Luginbühl et de Marianne Cohen souligne les paradoxes de l’évolution d’une communauté rurale en Andalousie occidentale, qui s’est déve­loppée de manière inégale depuis son installation dans le cadre contraint de la Loi de colonisation agraire au début du XXe siècle, entre ceux qui ont pu profiter de la modernisation et des politiques d’aménagement et ceux qui sont restés en marge. Le quotidien y est fait d’aléas et de luttes. Il est caractérisé par un regard sombre porté sur le passé et une crainte de l’avenir. Ici, le quotidien est appréhendé à partir d’une étude contextualisée de la production agricole et de ses acteurs, en particulier de la gestion des ressources en eau.

25Un dernier ensemble de travaux interroge les pratiques de l’habiter au sein des métropoles de nos sociétés occidentales. En s’appuyant sur l’analyse de territoires d’Île-de-France, les mobilités sont au cœur de l’enquête.

26Martine Berger présente ses analyses du processus de périurbanisation en Île-de-France en termes de stratégies résidentielles des ménages. Plutôt centrées sur le moment du choix résidentiel – qui décide du quotidien pour des années –, elles font apparaître que le déplacement domicile/travail y est très structurant. Majoritairement originaires de la partie centrale de l’agglomération, les ménages qui s’installent en grande couronne ont une mobilité résidentielle faible. Aujourd’hui, ce modèle tend à se diffuser vers des catégories sociales plus modestes, créant ainsi de nouveaux ter­ritoires. L’objectif est d’identifier des familles de comportements qui façonnent les formes de la ville.

27Claire Aragau analyse les effets du réaménagement d’une voie expresse en termes de polarisation territoriale. Elle montre que les territoires du quotidien des habitants des marges périurbaines de l’Île-de-France s’appuient sur un réseau de petites villes et de bourgs centres dont le rôle se renforce quand leur accessibilité s’améliore. Apparaissent ainsi des territoires de proximité qui constituent un bassin de vie à échelle humaine.

28Benjamin Motte-Baumvol analyse, quant à lui, le recul actuel des services de proximité dans les espaces périurbains franciliens. Celui-ci est en grande partie dû au rôle croissant de l’automobile dans les déplacements des ménages et participe d’une recomposition des territoires quotidiens pour les habitants de la grande couronne parisienne résidant dans les espaces les plus périphériques.

29La seconde partie de ce numéro explore la dimension d’ouverture, de lointain, de merveilleux que recèle le quotidien et, par conséquent, la tension qui s’établit avec l’ordinaire, le proche, le routinier.

  • 17  Lefebvre Henri, Critique de la vie quotidienne. I. Introduction, op. cit.,seconde édition, 1958, p (...)

30Le plus extraordinaire, c’est aussi le plus quotidien, le plus étrange, c’est souvent le plus banal et la notion de « mythique » aujourd’hui transcrit illusoirement cette constatation écrivait Henri Lefebvre17.

31L’observation et l’analyse que mène Michèle Petit des pratiques de lecture dans des espaces en crise, qu’il s’agisse des lieux de conflits et de guerre, ou des espaces stigmatisés des périphéries urbaines, l’amène à récuser la réduction du quotidien au banal et au proche qui devient inhabitable, invivable s’il n’ouvre pas vers un ailleurs, une autre temporalité, d’autres expériences de langage.

32Aline Brochot étudie les effets d’une labellisation de territoire d’excellence sur les équilibres en place, territoriaux, économiques, sociaux, les habitants de la zone élue et ceux qui sont en périphérie. Elle souligne la tension inévitable entre ordinaire et extraordinaire. À partir d’exemples pris dans des paysages culturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, elle montre que le quotidien du territoire s’impose à son statut d’excellence.

33Jacqueline Coutras aborde l’autre versant des échanges quotidiens, c’est-à-dire les échanges imprévus et exceptionnels qu’hommes et femmes nouent dans les espaces d’anonymat. Outre l’étude des transformations de certaines pratiques sociales depuis 20 à 30 ans, l’auteur souligne la vertu heuristique des concepts de quotidien­neté et d’espaces quotidiens.

34Pour Lucille Grésillon, qui étudie la notion de bien-être d’un point de vue plu­ridisciplinaire, le quotidien, lorsqu’il est caractérisé comme un espace-temps, est contraint et amoindri. Ses recherches se sont appuyées sur le dire et sur le faire de l’ha­bitude. Dans ce cadre, le quotidien est apparu non comme un objet, mais comme un niveau de la pratique sociale. Ainsi considéré, il devient possible de l’extraire de son cadre spatio-temporel. La question se pose alors de savoir si le niveau du quotidien est celui de la perception, (c’est-à-dire de la prise de connaissance de l’environnement par les sens) ou celui de la sensation. Il apparaît dans les recherches présentées que les trajets, ainsi que les attentes et les situations immobiles qui les constituent, ont une réelle importance dans le quotidien des transports.

35Frédéric Pousin explore les discours professionnels de l’architecture et de l’ur­banisme dans lesquels la problématique des espaces familiers, du quotidien est mani­feste. La thématique du quotidien et du mineur resurgit avec la critique de la culture architecturale moderne, à normalisation excessive. L’auteur se penche plus particu­lièrement sur les outils mis en œuvre par les professionnels, c’est-à-dire sur les repré­sentations photographiques, les systèmes de notation qui permettent de saisir ces espaces du quotidien et de les manipuler. Il souligne l’enjeu de tels outils qui contri­buent à l’efficace d’une notion.

36Enfin, un point de méthode vient conclure chacune des parties et reflète les dis­cussions qui ont accompagné la réflexion du séminaire. Le premier, centré sur les individus, traite de l’étude des déplacements ordinaires en tant que modes de struc­turation territoriale. D’un point de vue méthodologique, l’accompagnement des per­sonnes permet de mettre à jour pratiques, temporalités et territoires. Une première représentation peut être produite grâce à des « graphes de motifs de déplacement », et grâce à une cartographie des destinations pendulaires des individus. Les inter­views, quant à elles, permettent de déceler les représentations en présence, les bar­rières mentales qui conditionnent le rapport à l’espace ordinaire et à autrui.

37Le second traite de l’observation des usages journaliers des places urbaines en accordant toute son importance aux caractéristiques de l’espace construit. Quelles expériences partagées contribuent à définir une place ? L’enregistrement photogra­phique des pratiques et des modifications spatiales constitue un instrument qu’il convient de mettre en œuvre de manière systématique et objectivée afin de révéler des expériences sensibles de l’espace qui pourront ensuite devenir la matière d’un projet de réaménagement.

38Déconnectée des représentations savantes et techniques, la dimension du quo­tidien a partie liée avec le descriptif et, en cela, exige d’interroger la résurgence des concepts descriptifs dans les disciplines traitant de l’espace. Les lignes de tension qui structurent la notion ne font pas qu’ouvrir des pistes de réflexion nouvelles, elles invitent aussi les disciplines à mettre en œuvre des démarches et des outils adaptés pour saisir ce qui est en jeu : les sciences sociales ne peuvent limiter leurs méthodes aux seules enquêtes et statistiques, de même, la critique justifiée d’un spatialisme trop présent dans les discours professionnels de l’aménagement ne saurait être prétexte à délaisser la matérialité de l’espace construit. Quant aux temporalités, le quotidien entretient avec le présent une relation paradoxale, il se situe davantage par rapport à des temporalités passées et futures, ayant, suivant les objets et les terrains, des fonc­tionnalités différentes. Nous souhaitons que sur ces différentes questions, ce volume contribue à nourrir le débat.

Haut de page

Notes

1  Jost François, Le culte du banal. De Duchamp à la réalité, Paris, CNRS Éditions, 2007.

2  Bégout Bruce, La découverte du quotidien,Paris, Allia, 2005.

3  Paquot Thierry, Le quotidien urbain. Essai sur le temps des villes, Paris, La découverte, 2001.

4  Goffman Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Doubleday Anchor Books, 1959, tr. fr. La Présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

5  Lefebvre Henri, Critique de la vie quotidienne I. Introduction, Paris, L’Arche, 1947, Critique de la vie quotidienne II. Fondements d’une sociologie de la quotidienneté, Paris, L’Arche, 1961 ; Critique de la vie quotidienne III. De la modernité au modernisme (Pour une métaphiloso­phie du quotidien), Paris, L’Arche, 1981.

6  De Certeau Michel, L’invention du quotidien 1. Arts de faire, Paris, Union générale d’éditions, coll. 10/18, 1980.

7  Di Méo Guy (dir.), Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 1996.

8  Sheringham Michael, La notion du quotidien, cycle de conférences données au Collège de France les 17, 21 et 28 mars 2007, consacrées respectivement à la rue, à la jour­née et à l’archive. À paraître : Everyday Life Theories and Practices from Surrealism to the Present.

9  Debord Guy, Internationale situationniste (1958-1969), Paris, Champ-Libre, 1975.

10  De Certeau Michel, L’invention du quotidien, tome 1, Les arts de faire, Paris, réed. Gallimard, Folio, 1990, p. 35-36.

11  Trebitsch Michel, « Henri Lefebvre en regard de Michel de Certeau : critique de la vie quoti­dienne », in Delacroix Chr., Dosse Fr., Garcia P., Trebitsch M. (dir.), Michel de Certeau les chemins d’histoire, Paris, Éditions complexes IHTP-CNRS, 2002, p. 140-156.

12  Bégout Bruce, La découverte du quotidien, op. cit.

13  Ibid. p. 43.

14  Ibid. p. 45.

15  Ostranienie en russe.

16  Aucouturier Michel, Le formalisme russe, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1994.

17  Lefebvre Henri, Critique de la vie quotidienne. I. Introduction, op. cit.,seconde édition, 1958, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Pousin, « Introduction », Strates [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 04 mars 2013, consulté le 23 juin 2017. URL : http://strates.revues.org/6651

Haut de page

Auteur

Frédéric Pousin

Directeur de recherche, Ladyss (Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces), CNRS, Paris 12, rue Valette, 75005 Parisfrpousin@univ-paris1.fr1.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page