Navigation – Plan du site
I. Dossier. Cheminer

Éloge de la circulation

Marie-Claire Robic

Texte intégral

1Si l’on a tendance, dans les sciences sociales, à assimiler le message de Paul Vidal de la Blache, le chef de file de la géographie classique française, à une apologie de l’enracinement1, des textes comme ce discours sur les Routes et chemins de l’ancienne France nous invitent à réviser un jugement par trop hâtif.

2Cet éloge de la circulation par laquelle s’est construite la France n’est pas isolé dans l’oeuvre de Vidal de la Blache. Présenté ici devant un parterre d’érudits réunis à la Sorbonne, lors du congrès national des Sociétés savantes de 1902, il s’intègre déjà, quelques années auparavant, à ses réflexions générales sur la géographie politique. Il se retrouve au coeur du Tableau de la géographie de la France (1903) : la thèse du Tableau consiste moins à louer la valeur intrinsèque ou la providentielle diversité du sol français qu’à prouver la fécondité des mélanges qui, par les voyages à longue distance comme par les échanges menus opérés d’un petit pays à l’autre, ont toujours brassé populations, mœurs, cultures et idées, faisant de la France un creuset. Quelques années plus tard, face à la concurrence économique qui s’affirme au début du XXe siècle, la survie de la France suppose, selon Vidal de la Blache, que de meilleures relations internes  et que d’excellentes interfaces avec l’ensemble du monde soient organisées. Le confinement politique, l’autarcie économique et culturelle sont pour lui antinomiques de la modernité du XXe siècle comme du processus immémorial de civilisation.

3Son discours inscrit l’identité de la nation française dans l’hybridation, celle qu’ont permis les grandes voies qui traversent l’isthme européen, et celle qu’ont préparée, à grande échelle, les multiples contrastes spatiaux par lesquels le sentiment de l’altérité s’est introduit, à travers la vie quotidienne, au plus fin des consciences. Métissage qui a produit, in fine, un corps politique fondé dans sa curiosité pour l’autre, mère de sociabilité.

4Ce texte insiste sur le local. Concession aux érudits qui forment son public ? Irrépressible passéisme ? Ou bien plutôt, comme le suggèrent les travaux des spécialistes de l’histoire mémorielle2, recherches géographiques nouvelles, qui se sont effectuées dans l’une de ces sciences de l’homme que la République a promues. En rupture avec des historiens engoncés dans l’écriture de la mémoire politique d’un État dynastique, Vidal de la Blache territorialise dans le détail l’espace d’un État-nation démocratique, dans le même mouvement par lequel il construit une nouvelle discipline, la « géographie humaine ». Mais cette territorialisation fait silence sur les hiérarchies sociales d’hier : en évoquant l’« ancienne France », il s’agit d’opposer au monde du XXe siècle une situation qu’il estime révolue, la géographicité d’avant la révolution des transports, et non point l’Ancien Régime politique.

5La vocation du savant moderne serait de conforter le sentiment populaire de la différence des lieux, non pour l’ancrer dans la singularité, mais pour le tirer vers l’universel, — ou du moins vers ce que la nation à la française peut représenter de vocation à l’universalité. Le discours sur les Routes et chemins de l’ancienne France prend acte d’une irréductible distance entre passé et présent. L’un des savoir-faire du géographe consiste à interpréter la différence des temps en faisant parler les lieux de la pratique populaire, là où les acteurs étaient, sinon muets, du moins porteurs d’une culture orale. Sa fonction serait de préparer à un avenir inédit, l’avenir qui est  impliqué par un changement de régime dans la mobilité.

Haut de page

Notes

1 C’est ce qu’ont fait les générations de géographes progressistes de l’après-guerre, puis ceux entrés dans la discipline après les années soixante-dix, dans leur mouvement de contestation de l’héritage disciplinaire, de même que les historiens qui suivent la représentation braudélienne du temps « immobile » de la géographie. C’est aussi ce que fait par exemple Gérard Noiriel (Le Creuset français. Histoire de l’immigration XIXe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1988) qui fustige les responsabilités de Vidal de la Blache dans la diffusion de la xénophobie dans la France du XXe.
2 On pense en particulier aux articles de Marcel Gauchet « Les Lettres sur l’Histoire de France d’Augustin Thierry » et de Krzysztof Pomian « L’heure des Annales. La terre, les hommes, le monde » dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire II. La Nation, 1, Paris, Gallimard, 1986.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Éloge de la circulation », Strates [En ligne], 9  | 1997, mis en ligne le 12 octobre 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://strates.revues.org/619

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Marie-Claire ROBIC, directeur de recherches au CNRS, est directrice de l'équipe Épistémologie et histoire de la géographie (PARIS-EHGO). Spécialiste de la géographie humaine française (XIX-XXe), elle a co-édité Deux siècles de géographie française. Choix de textes (Paris, CTHS, 1984), et dirigé Du milieu à l'environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance (Paris, Economica, 1992). Elle prépare des ouvrages collectifs sur le Tableau de la géographie de la France et les Carnets de Paul Vidal de la Blache.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page