Navigation – Plan du site
II. Jalons de recherche. Statut social et territoires

Exclusion, régression... Du « Ladies’ Program » au « sans femme » ?

Marie-Claire Robic

Texte intégral

1Durant des décennies, les femmes ne pouvaient fréquenter les Congrès internationaux de géographie qu’à titre d’accompagnatrices tout juste bonnes à divertir les soirées de ces messieurs et à agrémenter les dîners officiels1. Durant la journée, on les entretenait par un « Programme de dames » tandis que leurs studieux compagnons s’échinaient à produire la science géographique.

2Les choses ont progressistement changé depuis les années trente. Alors, après quelques figures d’exception et après les pionnières de la géographie d’avant 19142, des femmes géographes participent activement aux travaux des Congrès de l’Union géographique internationale3. Et ceci semble admis maintenant, puisque plusieurs femmes ont accédé à la présidence de Commissions de l’UGI, que quelques-unes sont élues à son Comité exécutif — soit trois femmes aujourd’hui parmi les dix membres qui le composent (1996-2000) — et qu’enfin, la question du genre est entrée dans l’agenda de l’Union.

3Des lieux résisteraient-ils à cette tendance longue ? Si l’on en croit l’image qu’il donne de lui-même, le Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges (FIG) a ceci de singulier qu’il ne semble connaître les femmes que dans deux rôles : celui de jeune fille avenante propre à rendre plus attractive la « une » (ou plus souvent la page intérieure) de son Journal, et celui de consommatrice qui s’empresse auprès des auteurs, géographes ou écrivains, pour recueillir une précieuse dédicace.

4Des preuves ? Elles ne manquent pas. Les trois numéros de FIG Infos distribués durant le festival de 1996 — au titre prédestiné, « Terres d’exclusion, terres d’espérances » — peuvent les fournir : ils présentent quarante-sept portraits d’hommes contre cinq portraits féminins (et nous ne comptons pas les photographies de groupes)... Quant à la plaquette International Geography Festival in Saint-Dié-des Vosges, France, Meeting point of the world geographical community diffusée durant l’été 1996, elle persiste et signe en présentant en couverture un visage d’écolière qui contemple le globe4 et une foule mêlée, tandis qu’à l’intérieur figurent les six Lauréats du prix Vautrin Lud — six hommes entourés de leurs parrains en robe d’apparat — soit une vingtaine de personnages masculins pour une jeune personne5.

5En somme, au FIG, point de savante géographe, point de tête pensante et néanmoins féminine ? Exceptionnellement, une vedette paraît, telles, lors de l’année faste de 1993, Ségolène Royal en Visiteuse de marque et Michèle Cotta en Présidente — une présidente donc pour six manifestations. De « Grande Témoigneuse », pas de trace. De « Chère Auteur » il est peu question, et encore moins d’Oratrice : à la rigueur donc, des Adoratrices.

6On sait — bien que la faiblesse des effectifs concernés interdise toute conclusion catégorique — que les Congrès internationaux de géographie ont été relativement plus ouverts aux femmes originaires d’un pays catholique ou/et latin qu’à celles provenant d’un pays protestant ou/et anglo-saxon6. On sait aussi que le pays d’accueil d’un congrès fournit une proportion élevée des intervenants. Dans ce marché, les Françaises devaient avoir quelque chance ; d’ailleurs leur potentiel  n’est pas nul, puisque les femmes figurant aujourd’hui dans le Répertoire des géographes français constituent près du tiers de l’effectif national recensé7. Pourtant, pas plus que leurs collègues étrangères, elles ne figurent en festivalières à part entière. Le FIG ferait donc fi des régularités de la sociabilité scientifique, voire même inverserait une tendance séculaire.

7Pour être si peu présentes à Saint-Dié-des-Vosges, les femmes géographes sont-elles donc trop ignorantes, ou bègues, ou bien trop contrefaites pour jouer les stars ? Si peu médiatisables ?

8Gageons toutefois qu’en vertu du statistiquement correct le prochain Nobel de la géographie sera une Nobelle.

9(Cette « humeur » est également publiée dans Cybergéo. Revue européenne de géographie.)

Haut de page

Notes

1  Mechtild Rössler, « From the Ladies’program to the feminist session », in : Robic Marie-Claire, Briend Anne-Marie, Rössler Mechtild (dir.), 1996, Géographes face au monde. L’Union géographique internationale et les Congrès internationaux de géographie, Paris, L’Harmattan, pp. 259-267.
2 Telles Ellen Semple, Martha Krug-Genthe, Millicent Todd Brigham...
3 Ainsi durant l’entre-deux-guerres de Marguerite A. Lefèvre (Belge), vice-présidente de l’UGI de 1949 à 1952, Myriem Foncin (Française), Miss Harris (Galloise), Wanda Rewienska (Polonaise)...
4 Première parution dans FIG Infos septembre 1992 où elle représentait seule la gent féminine, à côté de neuf portraits de géograph(e)s.
5 Voir aussi, par exemple, le FIG Infos n°5, avril 1996, le n°6, septembre 1996 ou le FIG Infos n°4, septembre 1995 (« Risques naturels, risques de sociétés »), le FIG Infos 1994 et L’Est républicain, Cahier du 23 septembre 1994 (« Régions et mondialisation »), le FIG Infos daté de mai 1993 et L’Est républicain, Cahier du 24 septembre 1993 (« Monde rural. Espaces, enjeux »), le FIG Infos septembre 1992...
6 Marie-Claire Robic, Mechtild Rössler, 1996, « Sirens within the IGU. An analysis of the role of women at International Geographical Congresses (1871-1996) », Cybergeo. Journal européen de géographie, 14 (http://193.55.107.3/revgeo/revgeo.htm).
7 Femmes : 405 notices renseignées, hommes : 1057 : Répertoire des géographes français 1994 (Paris, CNRS-Intergéo, 1993).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Exclusion, régression... Du « Ladies’ Program » au « sans femme » ? », Strates [En ligne], 9  | 1997, mis en ligne le 12 octobre 2005, consulté le 22 mai 2017. URL : http://strates.revues.org/618

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Marie-Claire ROBIC, directeur de recherches au CNRS, est directrice de l'équipe Épistémologie et histoire de la géographie (PARIS-EHGO). Spécialiste de la géographie humaine française (XIX-XXe), elle a co-édité Deux siècles de géographie française. Choix de textes (Paris, CTHS, 1984), et dirigé Du milieu à l'environnement. Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance (Paris, Economica, 1992). Elle prépare des ouvrages collectifs sur le Tableau de la géographie de la France et les Carnets de Paul Vidal de la Blache.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page