Navigation – Plan du site
Villes et développement dans le Tiers-Monde

La formation des formateurs en Tunisie

les études doctorales en urbanisme à l’Enau1 : engagement pour une nouvelle forme de coopération
Mohamed El Bahi

Texte intégral

1La participation à la mise sur pied d’un projet de formation durable est une tâche qui marque pour longtemps le parcours pédagogique. Pour plusieurs générations de géographes et d’aménageurs tunisiens, Michel Rochefort est considéré, à juste titre, avec Jean Dresch et Pierre George, comme l’un des fondateurs de l’école de pensée tunisienne en matière d’organisation de l’espace.

2Mes collègues géographes sont plus qualifiés que moi pour parler de sa contribution à la géographie humaine et urbaine en France et ailleurs. Je me limiterai donc à évoquer sa participation à l’instauration d’un enseignement de l’urbanisme à l’université de Tunis I.

3Lorsqu’en 1990 j’ai pris la direction du nouveau département d’urbanisme de l’ITAAUT2, la mission première a été de proposer un programme d’enseignement et de choisir une équipe d’enseignants pour faire démarrer les enseignements de troisième cycle en urbanisme.

4Les premiers collègues français ayant accepté de participer avec nous au montage de cette spécialité furent Michel Rochefort de Paris 1, Charles Goldblum et Stéphane Yérasimos de l’IFU. Au 191 rue Saint Jacques, au quatrième étage, dans son bureau du laboratoire Strates, lors de réunions courtes mais efficaces, nous fixâmes avec Michel Rochefort les programmes d’un Dess en urbanisme qui débuta en novembre 1993 et nous établîmes une liste des premiers intervenants français.

5Ce fut le début d’une expérience qui se compléta dans un deuxième temps par le lancement d’un Dea en 1995 et l’habilitation de notre institution à dispenser des études doctorales en urbanisme. Nous nous rendîmes vite compte que les moyens mis à notre disposition n’étaient pas suffisants pour mener à bien ce programme de formation. Ainsi nous est venue l’idée d’élaborer un projet dans le cadre de la coopération franco-tunisienne : projet que nous avons intitulé « formation doctorale et formation des formateurs en urbanisme et aménagement urbain ».

6Le dossier fut accepté fin 1994, ce qui nous permit de prendre en charge les frais de mission des collègues retenus pour animer des séminaires aux étudiants du Dea dont l’enseignement débuta en 1995. C’est ainsi, qu’à partir de moyens réduits, un enseignement de troisième cycle en urbanisme fut instauré à l’Enau.

7Cette entreprise ne s’est pas effectuée sans difficultés. Ici, c’est tout un art qui a été déployé, cet art de faire passer l’idée, la bonne, sans froisser le partenaire. C’est dans une large mesure grâce à cette technique de dialogue avec autrui, sans heurter sa sensibilité, technique que maîtrise Michel Rochefort à la perfection, que nous avons pu franchir les étapes pour arriver enfin au but : créer un cadre adéquat pour former des urbanistes, scientifiquement et intellectuellement, en leur inculquant les fondements théoriques d’une discipline donnée, en l’occurence l’urbanisme, et en les sensibilisant à la portée pratique de son exercice.

8J’ai souligné, tout au début, que Michel Rochefort avec d’autres éminents enseignants a participé à la formation de plusieurs générations de géographes tunisiens. On compte parmi ses élèves de grands responsables dans l’administration, mais aussi, ce qui est plus important, des enseignants de haut niveau engagés dans la formation de plusieurs promotions de géographes et de spécialistes de l’aménagement de l’espace. Sa participation au montage des programmes et à l’animation de plusieurs enseignements au sein du département d’urbanisme de l’Enau témoigne, encore une fois, de cet attachement que porte Michel Rochefort aux Tunisiens, loin de tout paternalisme désuet.

9C’est dans le désintéressement qu’il conçoit la tâche de formateur, qu’il porte au niveau du devoir. Combien de fois l’ai-je entendu rappeler avec force que la situation de coopération dans le domaine universitaire ne doit pas être perçue en termes de profit personnel : elle doit comporter nécessairement une part d’abnégation.

10Il y a chez Michel Rochefort un souci constant de sécuriser le partenaire. Il minimise son apport personnel à la tâche, attitude qui encourage le partenaire à construire un projet nourri des idées reçues ; il se refuse à imposer un point de vue ou à flatter le pouvoir des détenteurs de la décision.

11Ce comportement, je dirais cette philosophie, se trouve explicité dans son projet de coopération lorsqu’il considère que par la création de nouveaux axes de recherche d’intérêt commun se renforcent les échanges entre chercheurs français et tunisiens. Il s’agit d’une nouvelle forme de partenariat.

12Je terminerai ce témoignage de reconnaissance par des considération personnelles sur l’homme, sur la rigueur de son jugement scientifique et la valeur de ses rapports humains. L’homme et son œuvre sont dignes d’intérêt, beaucoup parmi nos collègues ont dû l’évoquer amplement. Ce que je voudrais ajouter à ces témoignages portera sur une dimension de l’homme qui suscite le respect et l’attachement.

13Les hommes de science sont souvent assimilés à des individus distants, froids, voire même inhumains. Michel Rochefort associe à l’approche rationnelle des choses le contact humain chaleureux. Dans les différentes phases de montage de nos projets communs, nous avons vécu des situations qui ont nécessité une complicité bienveillante pour nous sortir de positions conflictuelles et embarrassantes avec des collègues impatients.

14J’ai appris à travers cette expérience menée avec Michel Rochefort que, dans la vie universitaire, le système est articulé de telle façon que les acteurs, enseignants et chercheurs, entrent dans des actions qui les éloignent, parfois, du but premier, celui de transmettre un savoir et savoir-faire aux générations montantes. Oublier ce credo, pour lui, c’est trahir sa mission d’éducateur.

15Cofondateur d’un enseignement de troisième cycle en urbanisme à Tunis, Michel Rochefort peut se réjouir certainement, non seulement de la portée de cet enseignement dans le cadre d’une forme de coopération avec des définitions d’avenir, mais aussi de la consolidation de cet enseignement et du prolongement de cette expérience sous la direction d’une équipe de jeunes chercheurs et enseignants à la formation desquels il a largement participé.

Haut de page

Notes

1 École nationale d’architecture et d’urbanisme
2 L’Institut Technologique d’Art, d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed El Bahi, « La formation des formateurs en Tunisie », Strates [En ligne], Hors-série  | 2002, mis en ligne le 18 mai 2005, consulté le 25 mai 2017. URL : http://strates.revues.org/567

Haut de page

Auteur

Mohamed El Bahi

Enseignant-chercheurà l’Enau, université de Tunis I

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page