Navigation – Plan du site
4- Réflexions en hommage

Itinéraires d’un géographe engagé

Hélène Lamicq

Texte intégral

1L’opportunité de participer à l’hommage rendu à l’un des grands représentants français de la géographie et de l’aménagement est un honneur redoutable. J'en remercie les initiateurs de cet ouvrage, ainsi que les collègues et amis qui y participent. L'occasion est ainsi créée d'une rencontre dense, chaleureuse et amicale autour de la personnalité complexe qu'est Michel Rochefort.

2La tâche n’est pas simple.

3Il ne s’agit pas, en effet, de constituer l’apologie figée de quelqu’un qui prouve à tout moment l’actualité de sa pensée et de son action professionnelle, ni de paraphraser des apports qui se sont toujours voulus conjoncturels sans jamais répondre à une mode, ce qui est sans doute la raison de leur durée.

4Mais la matière est riche, et multiple.

5Parmi beaucoup d’entrées possibles, j’ai choisi d’accompagner ici les parcours de ce géographe engagé qui me paraissent sous-tendre les différents éléments de son apport. D'une subjectivité assumée, je privilégierai les influences de sa formation, car Michel Rochefort est un produit composite, citerai quelques-uns de ses champs d’action, qui ont été multiples, pour voir enfin différentes facettes de Michel Rochefort à partir des différents points de vue (instances) d’où l’on peut l’observer.

Un produit, composite

6Michel Rochefort est tout à la fois un fruit de la formation classique française, avec ce qu’elle a de rigoriste et de rigoureux, le fils d’une culture du service public et d’une morale intellectuelle exigeante, le produit d’une formation géographique directement héritée de l’école géographique régionale française, reconfigurée à l'aune de l'analyse des structures de production.

Un fruit de la formation classique française, avec ce qu’elle a de rigoriste et de rigoureux

7Rigoriste dans un enseignement secondaire et supérieur qui inculque de force des concepts et des modes de raisonnement logique dont on ne se défait jamais tout à fait, transmis à cet adolescent dans un temps de guerre et d’immédiat après-guerre, où, sans doute, l’enseignement de la morale, fille aînée de la philosophie, trouvait en chaque élève de profondes résonances. Rigoureux dans une formation intellectuelle tellement cartésienne que l’on ne s’en rend même pas compte, mais qui entraîne à d’inébranlables capacités logiques et développe l’art de la dissertation, pierre angulaire française de la façon d’exposer des idées, qui va de la présentation du sujet à l’articulation d’une argumentation discutée avant de conclure en ouvrant des horizons.

8Pourquoi ce détour par la formation classique française ? Parce que Michel Rochefort en est un pur produit. Il s’est inscrit au cœur d’une discipline universitaire et non pas à ses marges, avec la boîte à outils qu’on lui avait donnée ; avec, aussi, l’esprit critique qui va de pair avec cette formation précoce à la discussion. L'ensemble allait lui permettre d’évoluer et de faire évoluer.

9Écouter Michel Rochefort commenter des travaux, orienter des thèses, c'est savoir très vite si un raisonnement ne tient pas debout.

10Suivre un cours, une conférence, lire livres ou articles, quel que soit le thème, c'est retrouver, omniprésentes, cette logique et cette perfection formelle des raisonnements… jusque dans les limites mêmes de cette méthode, dont le risque est précisément de limiter l’introduction des facteurs de causalité – ce que d’autres appellent les inputs – pour ne pas trop perturber l’ordonnancement du raisonnement.

Le fils d'une culture de service public et d’une morale intellectuelle exigeante

11Le milieu du siècle, en France, relevait les corps et les esprits de cinq années de guerre et d’occupation. Les jeunes Français de la fin des années 40, soulagés de vivre, étaient pris dans un système républicain partiellement désuet, mais renouvelant au sortir de la guerre l’option politique forte en faveur du service public, l’une des expressions françaises de la solidarité sociale au sein du système politique républicain.

12Par héritage, par goût, par choix, Michel Rochefort a toujours incarné ces options, même et surtout quand, un peu plus tard, ce n’était plus la mode.

13Dans le même temps, les jeunes Français du sortir de la guerre n’avaient de choix qu’entre des philosophies exigeantes : morales de la sagesse et du contrôle de soi, transmises à Michel Rochefort par son père et ses professeurs, héritées ; morales plus contemporaines en ce milieu de siècle, de la sur-détermination, de la contingence, de la solitude dans la condition humaine, morales du choix, obligé ou consenti, morales choisies, dans le contexte prégnant du retour à la paix en fin d’adolescence et de la longue maladie à l'entrée dans l'âge adulte.

Le produit d’une formation géographique directement héritée de l’école de géographie régionale française

14Sa formation géographique, déterministe et minutieusement descriptive, s'éclaire de quelques fulgurances et fréquentations, la lecture de Max Sorre, les encouragements de Jean Tricart, puis le soutien de Pierre George avec et contre lequel Michel Rochefort construit sa thèse de doctorat, furieux après chaque entretien avec son directeur de thèse… Avec, parce que Pierre George est un bon critique, sans lequel Michel Rochefort n’aurait pas écrit une aussi bonne thèse, régionale, mais pas seulement. Contre, parce qu’il a fallu que Michel Rochefort accède à sa propre liberté de ton pour écrire une thèse aussi peu orthodoxe, tant au regard de la géographie en vigueur à l’époque qu'à celui de la pensée de Pierre George à la fin des années cinquante.

15Si elle structure son approche de l'histoire et son appréhension de l'espace, cette formation académique s'inscrit cependant dans un cadre philosophique et des choix idéologiques dont les apports autant que les carences concourent à marquer l'itinéraire de Michel Rochefort.

16En effet, dans le contexte de discussion du libre arbitre face à la prégnance du contexte, Michel Rochefort choisit. Il s’engage et adhère à un parti alors considéré comme sûr, porteur d'héroïsme et d’espoirs : le Parti communiste français. On ne peut comprendre l'œuvre de Michel Rochefort, son apport à la compréhension des phénomènes urbains et de la vie de relations par l’introduction des facteurs socio-économiques comme éléments déterminants de l'organisation de l'espace, mais en même temps sa difficulté à en maîtriser l’analyse, sans se référer à ce qu’était alors l’engagement dans ce parti, mais aussi au gouffre de non-formation théorique dispensée à ses intellectuels.

17Fort d’un passé récent glorieux, le Parti communiste français conduisait alors des luttes sociales et politiques importantes, sur des certitudes. Certitudes certaines au point que les intellectuels communistes français des années cinquante ont été plus ébranlés, pour ceux qui l'ont été, par des événements politiques extérieurs, jugés inacceptables, que par l’indigence dans laquelle on les tenait – ils se tenaient ? – d’une formation théorique solide, qui, en effet, aurait pu être dangereuse pour l’appareil.

18Ces choix, ce parcours, cet écœurement, ont ancré Michel Rochefort sur des valeurs sociales et politiques qui ont peu varié, aux sources de ses engagements. Mais le danger éprouvé de l’obscurantisme dogmatique semble l’avoir conduit depuis lors à toujours recourir à des antidotes : loin des appareils, passer ses idées au crible de l’action, de la pratique, de l’application, voir comment elles survivent dans d'autres contextes, accueillir leurs éventuelles mutations.

191956, c’est la rupture avec le parti communiste et ses dogmes.

201956, c’est aussi la découverte du Brésil, de ses ambiances, d’autres façons moins classiques, bornées par d'autres réalités, d’aborder la géographie avec des collègues marquants, et de la rendre « active » en concourant à l'aménagement du territoire.

21Ce sont les conditions réunies pour trouver une liberté de ton qui marque la rédaction de sa thèse de doctorat sur les réseaux urbains, dont la portée dépasse largement le cadre régional d’origine, produit des chemins d’une liberté intellectuelle atteinte par ces voies diverses.

22Et l’on trouve à partir de là les parcours entremêlés d’un universitaire engagé, tantôt conseiller en aménagement, tantôt conseiller en recherche, toujours professeur, en France mais aussi, à partir d’alors et sans trêve, dans d’autres continents.

23Dès lors, de ces allers-retours se nourrissent la pensée et les travaux de Michel Rochefort ; depuis lors, il n’a plus pratiqué la pensée unique.

Les champs d'action, constants

24En termes de champs d’action, on observe depuis lors une grande constance dans l’entremêlement des parcours, constance qui s’appuie sur des analyses fonctionnalistes, toujours basées sur la connaissance de processus, avec leurs apports et avec leurs limites.

25L'analyse des flux, de la vie de relations, à l'origine de la notion de réseaux urbains, a retenu davantage son attention que les jeux d'acteurs, pourtant pressentis.

26Les localisations de pouvoirs, leurs places relatives, l'ont plus intéressé que leurs processus de consécration et de recompositions.

27Le jeu des facteurs socio-économiques a toujours pris le pas sur l’importance des valeurs culturelles, maintenues à distance respectueuse, dont l'influence reconnue est peut-être considérée comme trop délicate à analyser pour être intégrable, mais qui, de ce fait, restent absentes.

28Dans ces cadres, en outre, Michel Rochefort a quand même exprimé quelques grandes lignes de force, eu quelques intuitions.

29L’intuition, travaillée et vérifiée, du rôle croissant, dominant, du secteur des services et de son niveau supérieur dans la concentration des pouvoirs et l'organisation de la vie de relations aux différentes échelles.

30L'intuition, précocement évoquée, de l'influence du facteur démographique dans la structuration des espaces urbains et régionaux et de son rythme de croissance, ravageur pour les économies en développement et les agglomérations urbaines qu'il engendre.

31L'intuition, trop gênée pour être clairement exprimée, d'un développement trop inégal pour mériter ce nom dans certains pays ou continent, mal partis.

32L'intuition de l'ambivalence du rôle des villes dans ces pays en développement, agglomérations urbaines désespérément attractives de populations trop pauvres pour être solvables et cependant creusets d'espoirs, d’activités nouvelles, d'autres insertions, de nouveaux modes de vies retrouvées.

33La constance de ses champs d'action permet de dégager ces « intuitions », grandes lignes d'analyse dont la précocité d'expression apparaît avec le recul permis par des études et des recherches conduites pendant plus de quarante ans sur au moins trois continents, éclairant ainsi leur formulation parfois incomplète d'un jour de précurseur.

La personne, attachante

34De cette formation composite, de la constance de ses champs d'intérêt au travers d'opportunités très diverses, se dégagent diverses facettes de la personnalité marquante et attachante qu'est Michel Rochefort dans la géographie française de ce demi-siècle.

35C’est le chercheur, ou plutôt le producteur d’idées, fonction dans laquelle Michel Rochefort a fait ses preuves, mais qu’il a peu à peu délaissée au profit d’un rôle de messager, de go-between, pour permettre à d’autres, à de plus jeunes, à de plus productifs, de chercher et de produire.

36C’est l’aménageur, ou plutôt le conseil en aménagement qui, par sa capacité de synthèse, favorise la mise en œuvre de notions nouvelles ou met en évidence de nouveaux axes d'intervention, au Brésil ou en Tunisie comme en France.

37C'est le professeur, celui qui transmet une pensée structurée, bien sûr, mais aussi le conteur d'anecdotes jouant de sa voix forte. Il a surtout ce prodigieux talent pour aider les autres à structurer et mettre au clair leurs propres idées. C'est là sans doute qu'il rejoint au plus près la tradition socratique de formation par la discussion.

38C'est le point fixe : tantôt à l’écart, tantôt près du pouvoir, mais avec une telle constance dans quelques idées fixes qu’elles ont transformé un professeur courtois, bon vivant et apparemment souple, en référence, en repère, en point fixe, pour une conception de la géographie universitaire riche d’une pluralité d’approches, pour le développement de thèmes de recherche nouveaux par la confiance accordée à de très jeunes chercheurs, pour une ouverture constante à l'analyse d’autres réalités, sans jamais renoncer à ses modes de pensée, mais avec une générosité intellectuelle ample et active.

39C'est, ainsi peu à peu devenu, l’un des « grands chefs » de la géographie française, au pouvoir tranquille et étendu, au service de perspectives d’ouverture et d’expansion thématiques.

40Et c'est le trublion, le facétieux qui ne supporte pas de s’ennuyer et qui, profondément, n’a jamais confondu son implication et sa reconnaissance professionnelles avec l’essentiel, le goût d’une vie. Celui-là n’aime pas le conservatisme, sauf pour le bon vin, il n’aime pas l’autoritarisme, il n’aime pas la respectabilité, il n’aime pas le carriérisme, il n’aime pas les ennuyeux et sa nécessaire hypocrisie sociale trouve vite ses limites.

41Il ne peut y avoir de conclusion à cette étape de l'itinéraire de Michel Rochefort, géographe encore engagé dans la présidence d'un institut d’urbanisme, dans la coordination de programmes internationaux de coopération en recherche urbaine, dans des programmes d'enseignement et des cycles de conférences de différents pays, dans la direction informelle de nombreuses thèses, dans la publication de plusieurs livres. Il ne peut y avoir ici aucun point final, juste des points de suspension…

42Michel Rochefort a depuis toujours mêlé ses différents parcours, fréquenté l'autre et l'ailleurs, métissé ses approches, traçant par cette pluralité dont le dynamisme nourrit, où l’on se ressource, ces itinéraires d’un géographe engagé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Lamicq, « Itinéraires d’un géographe engagé », Strates [En ligne], Hors-série  | 2002, mis en ligne le 02 mai 2005, consulté le 25 mai 2017. URL : http://strates.revues.org/529

Haut de page

Auteur

Hélène Lamicq

Présidente de l’université Paris 12-Val de Marne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page