Navigation – Plan du site
Carnets de terrain

Varsovie, cet hiver

Lucile Grésillon

Résumés

Dans le cadre d’un Programme International de Coopération Scientifique du Ladyss, et lors d’un voyage de quelques jours à Varsovie pendant l’hiver 2000, l’auteure a été chargée de saisir des ambiances du lieu et de chercher des documents relatifs à l’image de cette capitale. C’était une occasion à la fois de se pencher sur la notion d’ambiance et d’étudier l’importance du sensible dans l’image que renvoyait Varsovie. en laissant une grande place à la subjectivité. Selon la méthode d’investigation préconisée par Colette Pétonnet, il s’agit de tirer des observations en se laissant pénétrer par l’atmosphère des lieux.

Within the framework of a Ladyss International Program of Scientific Cooperation, and during a short trip to Warsaw in the winter of 2000, Lucile Grésillon was asked to catch ambiances of the city and to find documents related to its image. It was an opportunity to reflect on the notion of ambiance and at the same time to study the importance of senses in the image reflected by Warsaw. This method of investigation advocated by Colette Pétonnet aims at leaving a great role to subjectivity; by letting oneself be impregnated with the ambiance of a place, one can derive observations on that place.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Ville

Géographique :

Pologne
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre d’un Programme International de Coopération Scientifique du laboratoire, et à l’occasion d’un voyage à Varsovie pour quelques jours, au cours de l’hiver 2000, j’ai été chargée de saisir des ambiances du lieu et de chercher des documents relatifs à l’image de cette capitale. Ce programme m’intéressait doublement : parce que je me penchais sur la notion d’ambiance et j’y étudiais la place des sens, parce qu’en position de visiteuse, je pouvais saisir l’importance du sensible dans l’image que me renvoyait Varsovie, ce qui est en partie le propos de ma recherche de doctorat1. Certaines remarques sont le fruit d’une expérience de Varsovie : ce n’était pas la première fois que je m’y promenais ni que je côtoyais ses habitants. En visiteuse avertie, je livre ici mes impressions, une grande place étant laissée à la subjectivité. La méthode d’investigation employée se réfère à celle préconisée par Colette Pétonnet2 que j’utilise dans le cadre de ma thèse. Il s’agit de se laisser pénétrer par l’atmosphère des lieux et d’observer tout simplement.

2Le jour est court, à 15h30 la nuit est là, le froid piquant – pour une Parisienne, car le temps est clément selon les normes hivernales de la région – la neige est tombée pour la première fois hier, douceur sur les immeubles de béton.

3Beaucoup de monde dans les rues, l’allure pressée et les voitures à touche-touche. La trajectoire du piéton oscille : les flaques d’eau occupent les cuvettes des trottoirs et obligent à de grandes enjambées. L’alternance gel/dégel met vite à mal les revêtements de voirie pour les piétons comme pour les voitures. Ce jeu de marelle improvisée prend fin lorsque l’on s’engouffre dans l’immense galerie souterraine de l’hypercentre. Car dans ce quartier autour de la gare, rien n’est fait pour traverser à pied les larges avenues. C’est par-dessous terre que le lien est fait, de longs couloirs permettent de rejoindre des quartiers du centre sans remonter à la surface ni perturber la circulation des voitures.

4Dans ces dédales de couloirs, seul un sens inné de l’orientation permet de s’y perdre. Agrémentés de boutiques, les boyaux se ressemblent : vêtements, cosmétiques, journaux, fleuriste, vêtements… des devantures comme jetées là et assez similaires. Des commerces indistincts. Une odeur malgré le froid : celle de graisse acidulée de la chaîne Oscar qui propose des en-cas pleins de sauces suaves. Lors d’un tournant, des odeurs méphitiques me surprennent : la gare où chaque dix mètres des escalators appellent à descendre jusqu’aux quais, vers des profondeurs aux exhalaisons humides et poussiéreuses du métro d’antan. Pour résister, c’est l’échappée par le premier appel d’air. Il faut longer alors le Palais de la Culture, minaret géant campé sur une large base. Des bicoques de tôles s’agglutinent à ses pieds, exposant qui des chemises de nuit, qui des sous-pulls, qui du petit matériel stéréo… pied de nez au lieu solennel.

5La Galéria Centrum, fidèle prototype des grands magasins parisiens, en impose avec ses devantures pleines de paillette et de stretch, de tenues de Belle au Bois Dormant qui doivent faire fureur pour les fêtes. Une lumière tamisée, océane comme il se doit, des vendeuses à la pelle, du lèche-vitrine apprécié, mais peu de queue à la caisse malgré les fêtes qui approchent. L’Empik, la Fnac polonaise, propose une myriade de magazines autour desquels on se presse, lisant au passage Marie-Claire : « Comment maigrir avant les fêtes ». À l’étage, ce sont les livres et, en chauvine, c’est la ruée vers le rayon Francuski pour ne découvrir, déçue, que Le lys dans la vallée, L’assommoir, L’éducation sentimentale, indicatifs d’une amitié franco-polonaise en reste ? Au plus haut niveau, les enregistrements de CD alternent illustres inconnus occidentaux et chanteurs d’anthologie – Beatles, Bob Marley et Cie –, tous en grand nombre d’exemplaires pour remplir les rayons. Ce manque de choix se résout facilement : il y a « Praga », le plus grand marché noir à l’air libre installé dans un ancien stade olympique… c’est dix fois moins cher et entre les chaussettes et les lames de rasoir, il y a beaucoup plus de choix dans les CD piratés. Le long de ces bâtiments clinquants d’appliques diverses et de placoplâtre, du commerce informel : une petite vieille vend six gants en caoutchouc et trois verres en plastique sur un carton, un homme ridé propose des colliers de petits biscuits traditionnels en forme d’anneau ou du pain torsadé au sésame dans une devanture roulante : pauvres témoins d’un commerce qui tend à disparaître par la volonté de la municipalité. D’autres installations commerciales « provisoires » se développent pourtant devant le Palais de la Culture. Une femme présente sa fille handicapée pour attendrir le passant…

6Les jardins saxons ne sont pas loin, il faut longer un long mur de tôle ondulée cachant une construction en gestation – opération immobilière preuve de la vente du territoire communal qui déroge à la loi de nationalisation d’après-guerre3, chose courante depuis quelques années – et le rideau isolant de circulation. Ce parc boisé fait office de refuge et c’est un réel plaisir de marcher prudemment dans la boue mêlée de feuilles mortes et de sentir les parfums d’humus. Les arbres sont hauts et leurs branchages touffus. Les parcs à Varsovie surprennent : pas de grille, des pelouses en libre-service. Ils ont des limites si floues qu’il arrive d’y pénétrer sans y prendre garde et de s’y laisser charmer par leur aspect champêtre. De grands arbres pour projeter le visiteur en forêt, de tranquilles vallons, un lac propre à la baignade l’été, des buvettes estivales toutes vibrantes, des pourtours sauvages faits de chemins creux et de broussaille, des accès comme fortuits ; les voitures peuvent s’immiscer loin dans leur intimité. Des sentiers goudronnés permettent l’apprentissage du roller, la ballade familiale à vélo, le footing du grand-père. Dans ces endroits, les Polonais se prennent à sourire. Car dans la rue, il est difficile de capter un regard, d’obtenir un merci pour une politesse faite, les emplettes même ne sont pas l’occasion d’un simple bonjour… Ce mutisme, cette indifférence apparente choque l’étranger solitaire, fait naître la sensation déstabilisante de ne pas exister. Est-ce une attitude forgée dans l’ancienne atmosphère de suspicion ?

7Mais revenons aux jardins saxons. En sortant de l’abri qu’ils forment, se déroule une longue langue occupée par des carrés de pelouses au milieu de laquelle trône une imposante fontaine classique parachutée de Versailles. La perspective donne sur une place dont le centre est peu à peu grignoté par le stationnement des automobiles et bute sur le mausolée du soldat inconnu où deux beaux militaires impassibles, même devant les acrobaties de jeunes en roller, montent la garde jour et nuit. Franchir la place pour poursuivre vers le vieux centre relève d’une gageure : l’absence d’espace médian oblige à traverser quatre voies de circulation. Malgré les feux de signalisation, les voitures ne s’arrêtent que si le piéton exprime manifestement sa volonté de traverser. Il s’agit de se montrer convaincant.

8Contrastant avec l’anarchie du paysage urbain alentour, le vieux quartier de la ville fait figure de « village gaulois qui résiste encore ». Cet îlot de bâtiments classiques de quatre ou cinq étages, serrés les uns contre les autres, laisse quelques rues étroites pénétrer en son cœur ; il est entouré par des restes de remparts et par le vieux château. Depuis 1989, la place centrale sert de terrasse à de nombreux cafés. Les restaurants et les boutiques de bijoux ont conquis les rez-de-chaussée des rues attenantes. Complètement rasé pendant les bombardements de la dernière guerre, les habitants de Varsovie l’ont reconstruit à l’identique et il est à ce titre inscrit au Patrimoine de l’humanité par l’Unesco. Quartier d’ouvriers et d’artisans avant-guerre, il est aujourd’hui celui de gens cossus. Le dimanche, il prend des airs d’espace de représentation : la belle société varsovienne paraît se toiser en ce lieu. La réhabilitation ou la restauration ne semblent pas être cependant la priorité de l’urbanisme de ces dernières années. Les bâtiments reconnus de valeur historique comme les différents palais de l’avenue royale de Nowy Swiat, l’université, sont protégés par décision officielle. Le siège de la City Bank est la nouvelle fierté de la ville, tel un pastiche de l’ancien, il vient d’être entièrement refait. Le patrimoine plus discret ne retient pas l’attention. Il paraît même que les derniers restes des décombres de la guerre disparaissent petit à petit… Le gratte-ciel de la place Bankowy a été construit sur l’emplacement d’une ancienne synagogue4.

9En revenant du centre, c’est à l’endroit du Palais de la culture que l’amoncellement urbain se matérialise : grande trouée, il permet une belle mise en perspective. Des immeubles aux dimensions hausmanniennes sobres et ternes surgit le building bleu vitreux du Marriott. Un vide et c’est une voie automobile aérienne qui passe au-dessus d’une autre, de cendreux bâtiments d’habitation, un gratte-ciel blanc et circulaire à vitres teintées – successions d’édifices miteux ou flamboyants (grâce aux reflets du coucher du soleil), de tranchées routières ou ferroviaires, de terrains vagues. L’absence d’urbanisme à Varsovie produit cet accolement urbain plein de contrastes : les immeubles sont érigés là où la place est libre. Le soin apporté aux constructions commerciales s’oppose à l’abandon visible des immeubles d’habitation. La végétation est cantonnée à des espaces bien précis : les parcs et les jardins, des massifs de fleurs devant les grands hôtels, des bandes de pelouses le long des voies de desserte – fourrées d’ailleurs d’étrons canins tandis que le macadam en est exempt. Les arbres sont rares dans les avenues ou ne se remarquent pas. Le long des voies secondaires, l’arbre est plus courant. Certains sont fruitiers et il est agréable en automne de pouvoir croquer dans une pomme tapée et juteuse comme au détour d’un vieux chemin.

10Les îlots d’immeuble sont clos par une grille, leur espace intérieur est un parking dont l’asphalte malléable garde la mémoire de l’emplacement des roues. Souvent, au centre, un morceau de verdure, fac-similé de verger avec des pommiers généralement, dont l’accès est condamné par un grillage, forme le décor d’une statue de la Vierge. Le local à poubelle, cellule de béton, relégué au fond de l’espace commun, sale et nauséabond, contient des containers de fer indifférenciés : le tri n’est pas encore institué à Varsovie, contrairement à d’autres villes polonaises (comme Cracovie par exemple). Après le code portier de l’immeuble, le hall d’entrée et les escaliers sont généralement des communs poussiéreux et peu entretenus qui contrastent avec le confort et l’attention portés aux appartements.

11C’est à des atmosphères très contrastées que le visiteur est confronté lors de ses parcours dans Varsovie. L’amoncellement urbain qui s’y observe, les oppositions violentes de niveau de vie qui s’expriment, illustrent le passage brutal à l’économie de marché. La description des ambiances est submergée par une sensation dominante, sensation nouvelle et souvent incongrue pour l’étranger, qui lisse et annihile les autres perceptions.

Haut de page

Notes

1Titre de la thèse : « Vivre la ville : odeurs et pratiques urbaines », directrice : Nicole Mathieu.
2« Elle consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à laisser ‘flotter’ afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repères, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes ». C. Pétonnet (1982), « L’observation flottante, l’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme, 22 (4), p. 37-47).
3Certaines précisions d’ordre économique, juridique et sociologique ont été apportées lors d’un entretien avec le professeur Bohdan Jalowiecki du département Euroreg de l’université de Varsovie.
4Entretien avec Bohdan Jalowiecki, voir note n° 2.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Grésillon, « Varsovie, cet hiver », Strates [En ligne], 11  | 2004, mis en ligne le 14 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://strates.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Lucile Grésillon

Géographe, doctorante, Ladyss, université de Paris 1, lucile.gresillon@libertysurf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page