Navigation – Plan du site
III. Crises et nouvelles formes de régulation

Les Mongols de Chine, entre marginalisation économique et acculturation

Marie-Dominique Even

Résumés

L’auteur met en scène de façon exemplaire la population mongole, nationalité éponyme, aujourd’hui totalement dominée par les minorités chinoises qui imposent leur mode de vie sédentaire à une population nomade qui voit son mode vie désormais privé des conditions matérielle de sa reproductibilité. Cette réflexion met ainsi en parallèle les formes de réorganisation économique et les formes du devenir politique telles qu’elles sont impulsées par des facteurs externes et internes : les facteurs externes peuvent être la pression néolibérale incarnée par la politique européenne ou celle du FMI pour l’Albanie ou l’Ouzbékistan, ou la politique chinoise pour la Mongolie. Les facteurs internes sont en particulier les formes de structuration économique et sociale héritée du système soviétique ou antérieur à celui-ci qui perdurent et fracturent la réalité sociale et politique en l’absence de pouvoir étatique fort ou inverse la situation des groupes ethniques.

Dominique Even. Chinese from Mongolia; between economic marginalisation and acculturation

The author presents in exemplary fashion the Mongol population, an eponymous nation today entirely dominated by Chinese minorities. These are imposing their sedentary way of life to a nomadic population which now sees its own way of life deprived from the material conditions which would allow it to reproduce itself. This reflection puts in parallel the forms of economic reorganisation and those of political evolution as they are influenced by external and internal factors. Examples of external factors are the neo-liberal pressure represented by European policy, IMF policy for Albania or Uzbekistan, or Chinese policy for Mongolia. Internal factors in particular consist of forms of economic or social structures inherited from the Soviet system or earlier, which are still lasting and either fracture the social and political reality in the absence of a strong state power, or invert the situation of ethnic groups.

Haut de page

Texte intégral

1C’est avec l’empire mandchou des Qing, maître entre 1644 et 1911 de la Chine à laquelle il tailla le territoire qu’elle occupe aujourd’hui, qu’apparaît la distinction sino-centrée entre Mongolie-Intérieure et Mongolie-Extérieure. La première regroupait au sud les possessions des princes mongols qui, dès 1616-1634, avaient fait allégeance aux Mandchous ou avaient été soumis par la force, tel le dernier grand khan mongol impuissant à restaurer l’unité des siens. La seconde, au nord (correspondant à l’actuelle république de Mongolie sans ses territoires occidentaux), était constituée des trois grandes principautés khalkhas ralliées en 1691 pour éviter le joug des Djoungars, les Mongols occidentaux (ou Oïrates) qui dominaient l’Asie

2centrale.

3L’écrasement de ces derniers par les Qing dans le courant du xviiie siècle, puis le périlleux retour au pays natal d’une partie des Mongols occidentaux partis vers 1620 sur la basse Volga fonder le khanat kalmouk, entraînèrent l’intégration dans l’empire Qing des Mongols oïrates établis de manière éparse en Djoungarie (partie nord du Turkestan oriental chinois, actuelle « région autonome ouïgoure du Xinjiang ») et au Koukou-Nor (en tibétain, Amdo, actuelle province du Qinghai) que se partageaient alors les nomades tibétains et mongols.

Image1

La localisation des populations mongoles en république populaire de Chine. Carte de M.-D. Even et M.-L. Beffa (op.cit., p. 65), adaptée par M.-A. Carlander.

4Si les Mongols virent dans la chute de la dynastie mandchoue (1911) la fin de leur vasselage et l’occasion de recouvrer, unis, leur indépendance, ils ne furent pas suivis par les grandes puissances. C’est donc séparés qu’ils connurent, pour les uns, un protectorat soviétique, pour les autres, la disparition de l’entité « Mongolie-Intérieure » réorganisée en plusieurs provinces chinoises, puis des alliances soit avec les Japonais qui exploitaient habilement le nationalisme mongol (allant jusqu’à créer un État mongol, le Mengjiang, entre 1937 et 1945), soit avec les communistes chinois dont le discours révolutionnaire sur les droits des minorités ethniques tranchaient avec les pratiques des nationalistes.

5En maintenant le status quo en Mongolie-Extérieure, les accords de Yalta (1945) entérinèrent la division des Mongols en deux entités relevant l’une de la zone d’influence russe, l’autre de la Chine. Le statut de république populaire que la Mongolie-Extérieure s’était donnée dès 1924 sous la houlette des bolcheviks fut finalement reconnu par la communauté internationale en 1961 ; l’alignement sur Moscou n’en resta pas moins total. Au sud, les communistes chinois rétablissaient la Mongolie-Intérieure dès 1947 en lui octroyant le statut de « région autonome » (zizhiqu) ; les Mongols des autres régions furent administrés en « bannières – nom de leurs anciennes divisions administratives et territoriales sous les Mandchous – autonomes mongoles » (menggu zizhiqi) ou multi-ethniques avec des Kazakhs ou des Tibétains. Avec 55 autres groupes ethniques non-han, les Mongols de Chine étaient rangés dans les minorités, ou populations minoritaires (shaoshu minzu), de la République populaire de Chine (RPC), dotées d’un régime particulier censé protéger en théorie leurs droits et leur culture. Cependant, le slogan était désormais l’« unité nationale » (minzu tuanjie) : pour les autorités chinoises primait l’intérêt stratégique que représentaient les territoires immenses, de surcroît frontaliers, de ces populations incomparablement plus faibles numériquement.

6Aujourd’hui, qu’en est-il ? Les soldats et les techniciens soviétiques ont quitté la République populaire de Mongolie avec armes et bagages, laissant les Mongols maîtres chez eux, sur un territoire que la modernisation socialiste et la présence russe n’ont pas profondément altéré. Libre de tisser de nouvelles alliances politiques et économiques, la Mongolie a repris son destin en main, quoique contrainte de se plier aux exigences des pays donateurs et des organismes financiers internationaux qui, depuis 1990, ont remplacé l’Union soviétique comme bailleurs de fonds.

7En revanche, dans les territoires « autonomes » mongols créés en Chine communiste, des Chinois Han, paysans, ouvriers, techniciens ou fonctionnaires, ont migré en grand nombre et fait souche, au point d’y dominer à présent sans conteste : en Mongolie-Intérieure, les Han sont 18,5 millions (78 %). Rien ne laisse présager un ralentissement de l’implantation chinoise dans les territoires des populations minoritaires, bien au contraire : la mise en valeur de ces terres, qui paraissent aux autorités chinoises sous-exploitées, voire vierges, est plus que jamais à l’ordre du jour avec la campagne lancée au début des années 2000 pour le développement du Grand Ouest.

Agrandir

Campement d’été dans la région de Gomoud (Koukou-Nor), oct. 2000 © Photo M.-D. Even

8Le cas des Mongols de Chine, et particulièrement ceux des bannières (divisions traditionnelles) de Mongolie-Intérieure qui, proches de la capitale chinoise, ont commencé à être touchés plus tôt par ce phénomène de migration, illustre de manière inquiétante le sort fait aux ethnies minoritaires en Chine1.

9La connaissance de la situation réelle de ces groupes a été entravée par l’accès limité, voire impossible, à ces zones depuis les années 1940 ; or, on sait que leur cadre de vie traditionnel y a été bouleversé par les politiques successives des communistes chinois. Nos observations ont porté essentiellement sur la situation culturelle et ethnolinguistique, sur l’avancée de la sinisation, et non sur l’économie proprement dite de ces régions. Il est toutefois difficile de séparer ce dernier aspect des précédents tant l’activité économique séculaire des Mongols, le pastoralisme nomade, implique aussi une opposition de type culturel entre ces derniers et leurs voisins sédentaires.

10L’exemple de la Mongolie-Intérieure montre en effet que l’occupation et l’exploitation d’une partie importante de la région par les Chinois de souche (les Han), qui se mettent en place dans la deuxième moitié du xixe siècle et s’accélèrent considérablement à l’époque communiste, ont progressivement rejeté les Mongols à la périphérie de la vie économique et entraîné de ce fait une altération, voire une disparition de ce mode de vie fortement identitaire, aboutissant à une sinisation irréversible de cette région « autonome »2. Il paraît donc pertinent d’aborder le processus de sinisation passé et en cours dans les zones de peuplement mongol également sous l’angle du sort fait au pastoralisme nomade.

11S’il est question ici aussi de rapports interethniques plus ou moins conflictuels et des facteurs économiques intervenant dans ces relations, nous sommes cependant dans un cas de figure très différent de la recomposition économique qui est à l’œuvre dans les ex-pays communistes d’Europe orientale, en Russie ou en Mongolie. D’une part, la restructuration économique qui a suivi en Chine la libéralisation économique des années 1980 n’a pas coïncidé avec l’effondrement général d’un système politique et de ses structures de production à l’image des pays cités. D’autre part, la transformation du paysage économique des zones de minorités en Chine n’est pas un phénomène récent, même s’il s’accélère en ce moment de façon dramatique, notamment dans le cas du Tibet, jusqu’ici plus préservé sur ce plan. Ces transformations sont indissociables de la politique chinoise d’unité nationale imposée aux diverses populations minoritaires (minzu tuanjie), et de défense farouche de l’intégrité du territoire, la RPC ayant à cet égard fait siens sans états d’âme les acquis de la politique expansionniste de la dynastie mandchoue.

Agrandir

Couple d’éleveurs mongols de Tsaïdam, à l’ouest du Koukou-Nor, oct. 2000 © Photo M.D. Even

12En Chine, les 55 minorités nationales ne constituent qu’une toute petite fraction de la population (8 % de la population totale au dernier recensement), mais leurs territoires traditionnels représentent plus de 50 % de la superficie du pays. Ces zones de minorités abritent une part importante des réserves énergétiques et des richesses minières du pays. Elles représentent aussi un « vide » tentant pour une Chine historiquement confrontée à un grave problème démographique qui pousse une partie de sa population à migrer vers d’autres cieux. Les vastes territoires des minorités constituent le Far West de la Chine, ses « nouvelles frontières » (telle est la signification de « Xinjiang », nom chinois du Turkestan oriental où vivent les Ouïgours). Le déséquilibre démographique, en faveur de l’ethnie han, est un élément essentiel des relations interethniques : le groupe minoritaire se trouve noyé dans un flot de migrants arrivant sur son territoire. En Chine plus encore qu’en Russie tsariste et communiste, la colonisation des territoires des minorités s’effectue par l’envoi de colons et de travailleurs nombreux pour assurer l’exploitation économique des ressources naturelles et la construction des infrastructures nécessaires. À la différence des colonies où les populations locales servent aussi de réservoir de main-d’œuvre, c’est ici l’ethnie majoritaire qui non seulement impulse et contrôle le développement et la modernisation de la région, mais également fournit la main-d’œuvre requise.

13La situation économique des groupes minoritaires mongols que nous avons pu observer en Mongolie-Intérieure, au Xinjiang et au Qinghai, dans l’Ouest de la Chine visé aujourd’hui par une grande campagne de développement, illustre en particulier les points suivants :

14– la négation des valeurs de l’ethnie minoritaire et de son mode de vie par l’ethnie dominante : à l’arriération de la première est opposée la civilisation de la seconde, aux pâturages « friches », la mise en valeur des terres par l’agriculture, à l’archaïsme, le progrès et la modernité, tandis que l’occupation des meilleures terres par les nouveaux occupants s’accompagne de la relégation des populations autochtones à la périphérie ;

15– l’apparition d’une nouvelle économie fondée sur, ou dérivée de, l’exploitation des richesses naturelles de la région (agriculture, industrie, services), mais faisant appel à un savoir et à des réseaux étrangers au groupe minoritaire. Les représentants du groupe minoritaire restent à l’écart de cette nouvelle économie qui se développe sur leur propre sol. Parallèlement à ce poids grandissant des Han sur les plans démographique et productif, l’administration régionale se sinise en profondeur tandis que les responsables autochtones occupent des fonctions symboliques ; le découpage territorial et administratif est modifié au profit des nouvelles zones urbaines han : des « municipalités » chinoises (shi) se substituent peu à peu aux bannières (qi) et ligues (meng) ;

Agrandir

Maison isolée d’éleveurs sédentarisés dans la steppe de Barga, oct 1999© Photo M.D. Even

16– le rôle du groupe minoritaire est minoré : premièrement, le groupe est maintenu dans son activité « ethnique » (ici, le pastoralisme) qui, folklorisée ou non dans le cadre de l’industrie touristique, n’en est pas moins économiquement dévalorisée au regard des nouvelles activités industrielles ; en outre, soumis à de multiples réformes et modernisé sous la houlette des autorités, cet élevage lui-même se fonde désormais sur un savoir et des technologies « modernes » qui créent une dépendance vis-à-vis du monde chinois par lequel ils transitent obligatoirement ; intensif, il vise la productivité à court terme aux dépens de la préservation de l’environnement, pourtant condition majeure de la survie d’une économie pastorale. Deuxièmement, les membres du groupe minoritaire qui souhaitent pratiquer une autre activité économique se voient cantonnés dans des postes administratifs ou d’enseignement s’exerçant dans un cadre le plus souvent ethnique. L’enseignement supérieur donné dans la langue des minorités ne forment en effet que des professeurs, des médecins ou des fonctionnaires qui travailleront localement ; les disciplines scientifiques, technologiques ou économiques sont enseignées en chinois, ce qui restreint l’accès des jeunes issus des minorités à ces formations et au final le rôle des minorités à la gestion de leur propre région. Le groupe minoritaire ne pèse donc d’aucun poids dans les prises de décision économiques, et ce, même au niveau local ;

17– les bénéfices de l’exploitation des richesses naturelles des régions de minorité, qui est entre les mains du gouvernement central, sont engrangés principalement par l’État chinois et ne reviennent pas aux populations autochtones ; aujourd’hui, les compagnies privées chinoises les engrangent aussi grâce à la libéralisation ; même si les minorités elles-mêmes profitent des nouvelles infrastructures, à long terme celles-ci entraînent l’afflux de nouveaux migrants, de plus en plus qualifiés, maîtrisant naturellement mieux le chinois, langue officielle, ce qui marginalise d’autant la main-d’œuvre locale.

Agrandir

Eleveurs mongols de chameaux du Tsaïdam, à l’ouest du Koukou-Nor, oct. 2000© Photo M.D. Even

18La nature très différente, parfois conflictuelle, des principales activités des Mongols, éleveurs nomades vivant sur leurs pâturages, et des Han, agriculteurs, artisans et commerçants vivant dans des villes et des villages, a contribué à élever des barrières entre leurs pratiques économiques respectives et à maintenir chaque ethnie chez soi. Tandis que les secteurs économiques où exercent les Han profitent du dynamisme économique actuel dont eux-mêmes ont la maîtrise, les secteurs économiques mongols restent à l’écart du courant général et doivent de surcroît payer le prix du développement puisque la mise en valeur du territoire par les Han se fait souvent aux dépens des meilleurs pâturages mongols. Les populations minoritaires se voient ainsi économiquement marginalisées.

19Face au rouleau compresseur chinois, les individus soucieux de réussite et inquiets de l’avenir réservé à leurs enfants n’ont souvent d’autre alternative que de rejoindre les villes et le monde des Han. Là, ils peuvent en effet acquérir une meilleure maîtrise des savoirs linguistiques et techniques qui leur ouvrent l’accès à la modernité. Toutefois, ce choix implique de se siniser : dépouillés des attributs traditionnels de leur identité (mode de vie, langue), privés de toute expression politique au nom de l’unité censée régir harmonieusement les relations entre les  différentes nationalités, ils sont condamnés à se fondre dans la population dominante. Chez ces Mongols urbains et sinisés, la mongolité n’émane plus d’une culture distincte, qui existe indépendamment du monde chinois, comme cela est encore partiellement le cas chez les éleveurs. L’expression de la mongolité prend alors de nouvelles formes, plus subtiles, comme le montrent les travaux de U. Bulag explorant les relations des Mongols avec les Han et la difficulté de maintenir dans le cadre de l’« unité nationale » (minzu tuanjie) une intégrité culturelle et historique3.

20La tâche est difficile, en effet, face à une sinisation qui atteint les fondements matériels mais aussi symboliques de cette intégrité, comme en témoignent la transformation de l’image du conquérant mongol Gengis Khan, érigé en héros de la « nation chinoise » (au sens large : zhonghua minzu), et la prise en main économique par une société han, en 2005, de son sanctuaire des Ordos (Mongolie-Intérieure), devenu un important site touristique.

21Le principe d’unité nationale et la logique de développement qu’invoquent les autorités chinoises sont malaisément réfutables par les populations minoritaires. Ils permettent de justifier la sinisation culturelle, économique et démographique des territoires de ces populations sans paraître remettre en cause leur autonomie théorique. Les Mongols de Chine, définitivement marginalisés dans leur propre région autonome, en sont la preuve.

Agrandir

Cuisine d’été chez les Mongols sédentarisés du Barga, oct. 1999 © Photo M.-D. Even

Agrandir

Réception dans la région d’Oulan (Koukou-Nor), oct. 2000 © Photo M.-D. Even

Agrandir

Vue du sanctuaire : le bâtiment en dur dans lequel les autorités chinoises transférèrent en 1956 les tentes-reliques du culte de Gengis Khan dans les Ordos (dévasté durant la Révolution culturelle, il a été restauré depuis et des copies des reliques fabriquées) © Photo M.-D. Even

Haut de page

Notes

1 Cette rapide présentation s’appuie sur des observations faites au cours de missions menées en Chine en collaboration avec M.-L. Beffa (Paris 8) parmi les Mongols vivant en Mongolie-Intérieure, au Turkestan oriental (ou région autonome ouïgoure du Xinjiang) et au Koukou-Nor (Qinghai). Cf. M.-L. Beffa  et M.-D. Even, « Les Mongols de Chine », Géographie et culture, n° 34, 2000, p. 57-86.
2 Voir D. Sneath, Changing Inner Mongolia. Pastoral Mongolian Society and the Chinese State, Oxford, Oxford University Press, 2000, 304 p.
3 Voir en particulier U. Bulag, The Mongols at China's Edge: History and the Politics of National Unity, Lanham, MD and London, Rowman and Littlefield Publishing, 2002, 273 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Dominique Even, « Les Mongols de Chine, entre marginalisation économique et acculturation », Strates [En ligne], 12 | 2006, mis en ligne le 25 juillet 2007, consulté le 22 mai 2017. URL : http://strates.revues.org/2262

Haut de page

Auteur

Marie-Dominique Even

Chercheur, Groupe Sociologies, Religions, Laïcités (GSRL), CNRS, md.even@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page