Navigation – Plan du site
II. Nouvelles catégories du politique et processus de démocratisation

« Peuple », « nation » et « ethnos » dans le discours russe

Sergueï SAKHNO

Résumés

Les termes russes de peuple, nation et ethnos qui sont fréquemment utilisés dans différents textes parlés et écrits en Russie actuellement, peuvent refléter des représentations socio-politiques intriquées et souvent contradictoires avec des présuppositions conceptuelles idéologiques cachées. Le but de cet article est de proposer un survol analytique des principales occurrences des mots narod, nacja et ethnos.

Sergeï Sakhno. People, nation, ethnos in the Russian political discourse

The Russian terms meaning “people”, “nation” and “ethnos”, which are frequently used in various texts spoken or written in today’s Russia, may reflect intricate and often contradictory socio-political representations with hidden conceptual and ideological presuppositions. That is the claim of this article which proposes an analytical survey of principal occurrences or uses of narod, nacija and ètnos.

Haut de page

Texte intégral

1Quel est le contenu exact des mots narod, nacija, ètnos qui sont si fréquents dans les discours sociopolitiques de la Russie d’aujourd’hui ? Quels sont les présupposés conceptuels et idéologiques qu’ils véhiculent ou qu’ils cachent ? Les observations qui suivent sont une tentative de répondre, du moins en partie, à ces questions. Nous voulons montrer que l’analyse de l’usage de ces termes dans les discours russes d’aujourd’hui (discours politique, discours scientifique ou quasi scientifique) permet de comprendre le jeu complexe des idées ethnopolitiques qui se profilent derrière tel ou tel emploi du terme russe en question.

2Un chercheur occidental en sciences humaines doit prendre en compte la difficulté d’interprétation de certains termes ethnopolitiques russes (Dressler, 2001 ; Gessat-Anstett, 2001). Exemple classique de piège : malgré les apparences, nacional’nost’ ne correspond pas toujours au terme français « nationalité », et russkij po nacional’nosti sera traduit non par « de nationalité russe », mais plutôt comme « russe du point de vue de son origine ethnique », alors que zakon o rossijskom grazhdanstve aura pour traduction « loi sur la nationalité russe » (plutôt que « loi sur la citoyenneté russe »). Par la même occasion, on constate la difficulté liée à la distinction entre le mot russkij (employé comme adjectif et comme substantif) « russe au sens ethnique et linguistique » et rossijskij (adjectif), rossijanin (substantif) « de Russie, russe au sens étatique » (cf. Sériot, 1997, p. 471 » ; Dressler, 1999, p. 371 ; Dressler, 2001, p. 95) – la traduction de ces deux derniers par « russien » n’est pas très heureuse, mais peut être utilisée pour rendre la spécificité des termes russes.

 Narod, nacija, ètnos : une première approche

3Parmi ces termes centraux, trois ont suscité, à notre connaissance, assez peu de commentaires sur le plan de la difficulté de leur interprétation, compte tenu notamment des non-coïncidences éventuelles avec leurs équivalents théoriques français : narod « peuple », nacija « nation », ethnos « ethnie », ce dernier sera translittéré du russe ici comme ètnos2.

4À titre d’exemple, narod peut correspondre dans le discours ethnopolitique russe non seulement à peuple mais aussi, selon les contextes, à nation, ethnie, population. Et il serait faux de décrire la différence entre narod et nacija en se basant sur celle qui existe en français entre les termes peuple et nation.

5L’usage de ces lexèmes russes paraît parfois arbitraire : à l’époque soviétique, on parlait de sovetskij narod « peuple soviétique », jamais de sovetskaja nacija3 ; on disait narody Sovetskogo Sojuza « peuples de l’Union soviétique » mais jamais au singulier narod Sovetskogo Sojuza. Une autre formule consacrée était nacii i narodnosti Sovetskogo Sojuza « nations et ethnies de l’Union soviétique », dont on ne sait pas s’il faut traduire nacija par « nationalité » ou plutôt par « peuple » et si narodnost’, terme dérivé de narod par suffixation, correspond vraiment à ethnie4. Il pouvait y avoir une sorte de logique : certains peuples de l’URSS étaient considérés dans le discours officiel de l’époque comme des nacii, alors que d’autres n’étaient que des narodnosti (nous y reviendrons plus loin).

6Le discours russe actuel est intéressant à analyser de ce point de vue. Ainsi, V. Kozlov (article Etnos i nacija « Etnos et nation », http://nnmoiseev.narod.ru/-st0026.htm, 03/2006) note l’absurdité de l’emploi de narod dans la formule qui ouvre le préambule de l’actuelle Constitution russe (1993) : « Nous, peuple multiethnique (mnogonacional’nyj narod5) de la Fédération de Russie », – d’autant plus que l’article 5 de la dite Constitution parle des peuples au pluriel (ravnopravie i samoopredelenie narodov « l’égalité et l’autodétermination des peuples »). Selon lui, il s’agit d’un mauvais calque de l’anglo-américain (We, people of the United States…,people ne signifie pas “peuple” mais plutôt “gens”). En réalité, la formule n’est pas tout à fait absurde, car le signifié de narod peut recouvrir en partie celui de nacija. La terminologie est ressentie même comme une source de conflits : S. Baburin propose de « bannir l’usage du terme korennaja nacija (“nation autochtone”) qui induit en erreur et provoque des conflits interethniques » (O razdelënnosti… 1998).

7Pour le dictionnaire encyclopédique Narody mira « Les peuples du monde » (Bromlej, 1988), qui a paru au début de la Perestroïka, ètnos est un des mots clés, en dépit de son absence du glossaire. Il est proposé (p. 7) comme équivalent de narod dans son acception terminologique6, à cause de la polysémie de ce dernier. Les termes subètnos « sub-ethnos » et metaètnos « méta-ethnos » y apparaissant respectivement comme l’hyponyme et l’hyperonyme du terme ètnos : un individu peut se considérer à la fois comme un Slave (metaètnos), comme un Russe (ètnos) et comme un Pomor, c’est-à-dire un Russe des bords de la mer Blanche ou de la mer de Barents (subètnos)7. L’ètnos est compris comme un « organisme ethno-social », ce qui le distinguerait d’un ethnikos : si les Hongrois de Hongrie constituent un ètnos, tous les Hongrois, y compris ceux qui vivent en dehors de la Hongrie (en Roumanie, aux États-Unis, etc.), correspondent à un ethnikos8.

8Ensuite, (Bromlej, 1988, p. 7-8) distingue trois principaux types historiques d’ètnos : « tribu » (plemja), « ethnie » (narodnost’), « nation » (nacija). Ces trois types sont rattachés aux cinq grands stades de l’évolution historique envisagés selon le schéma classique marxiste9 :

9 plemja : 1) communauté primitive ;

10 narodnost’ : 2) esclavagisme + 3) féodalisme ;

11 nacija : 4) capitalisme + 5) socialisme.

12Une « nation » se distinguerait d’une « ethnie » par son « homogénéité culturelle relative », ce qui est aussi le trait distinctif d’une « tribu » mais cette homogénéité est de nature différente : elle est due à « l’intensification des liens socio-économiques et culturels ». Ainsi la « nation française » est considérée comme le résultat de la fusion au cours de l’histoire de deux « ethnies » : celle d’oïl (« ethnie française du nord ») et celle d’oc (« ethnie provençale »).

13Notre corpus est constitué de plusieurs milliers d’occurrences des termes ètnos, narod, nacija relevées dans différentes publications, dans la presse et dans les pages web (en utilisant le moteur de recherche russe www.rambler.ru, 03/2006). Voici les statistiques qui peuvent donner une idée de la fréquence de ces termes, ainsi que de leur co-occurrence, sur les sites russes d’Internet (on y voit notamment que narod est le terme le plus fréquent) :

Sites

Documents (pages)

narod

122 769

2 601 419

nacija

31 855

439 943

ètnos

6 567

35 322

narod + nacija

19 096

188 945

narod + ètnos

5 693

30 680

nacija + ètnos

3 341

14 702

narod + nacija + ètnos

3 034

13 190

14Ces données sont à prendre avec précaution : rambler.ru répertorie parfois plusieurs fois un même document disponible sur plusieurs sites : c’est le cas par exemple de Bashkirskij ètnos « L’ethnos bachkir », proposé à des étudiants qui voudront le télécharger et le présenter comme leur travail de fin d’année (kursovaja rabota).

15Dans la plupart des cas, nous citons les séquences textuelles russes qui nous intéressent en les traduisant directement en français ; les traductions sont placées entre guillemets. Les termes et les expressions russes spécifiques apparaissent en italique. Les sens (les acceptions) des termes cités ou analysés sont placés entre demi-guillemets.

Analyse comparative : narod et nacija

16Mot polysémique, narod a, selon les dictionnaires usuels de langue (Ozhegov, Shvedova, 1992, p. 401), quatre acceptions :

171. « population d’un État » (avec comme exemple rossijskij narod « peuple russien, population de Russie ») ;

182. « nation, nationalité ou ethnie » (russkij narod « peuple russe », severnye narody « ethnies du Nord ») ;

193. « principale masse travailleuse de la population d’un pays » (vyxodcy iz naroda « gens issus du peuple ») ;

204. « gens, ensemble de personnes, foule » (V zale mnogo narodu « Dans la salle, il y a beaucoup de monde »).

21On voit que la polysémie de narod ne rappelle qu’en partie celle du mot français peuple. Quant à nacija, ce même dictionnaire en donne deux acceptions :

221. « communauté humaine stable, historiquement constituée, qui se crée au cours de la formation d’une communauté de territoire, de liens économiques, de langue littéraire, de particularités culturelles et psychologiques » (pas d’exemple) ;

232. « dans certaines locutions : pays, État » (Organizacija Ob’’edinënnyx Nacij « Organisation des Nations unies »).

24La référence à la langue (sens 1.) est significative : P. Sériot (1996, p. 282) note l’importance démesurée de la question de la langue en Europe centrale et orientale en ce qui concerne la « question nationale ». Ainsi, pour le juriste S. Chernichenko, directeur du Centre russe de droit international et de problèmes humanitaires, c’est le facteur linguistique qui distinguerait nacija de narod, car nacija, à la différence de narod, suppose une communauté de langue (O razdelënnosti…, 1998).

25Le second sens, manifestement calqué sur les emplois du terme nation dans les langues occidentales, apparaît ici comme marginal. Or il devient de plus en plus fréquent dans le discours russe actuel, ce qui provoque des réactions négatives (Kozlov, 2000 ; Tarasov, 2002) et qui explique l’apparition d’un terme hybride comme nacija-gosudarstvo « État-nation (mot à mot nation-État) ».

Primauté conceptuelle de narod par rapport à nacija ?

26À la différence de narod, mot ancien, nacija fut introduit en russe comme terme savant au début du xviiie siècle, sans doute par l’intermédiaire du polonais, et il remonte au latin natio10. Mais au sens de « État-nation », l’époque pétrovienne utilisait d’autres termes : outre narod, c’étaient obshchenarodie « communauté de peuple », pandêmia’, grad « polis, cité », grazhdanstvennost’ « concitoyenneté », grazhdanskoe soedinenie ou sozhitel’stvo, soobshchestvo, sodruzhestvo « communauté citoyenne » (Danilova, 2003).

27Dans l’usage contemporain, les termes narod et nacija semblent quelquefois se confondre (Dressler, 2001, p. 83). Cette tendance n’est pas nouvelle. Déjà vers le début du xixe siècle, nacija se rapproche d’une part de narod et commence à signifier « origine ethnique », y compris dans la langue populaire, malgré ses origines savantes. On le rencontre chez A. Pouchkine au sens de « peuple » ou de « origine ethnique » (Vinogradov, 1957, p. 749). Dans les dialectes russes, nacija a des emplois étonnamment variés : « famille », « classe sociale », « espèce animale », « apparence physique d’une personne », « coutume particulière », « mode », « penchant, caractère », « tous ceux qui sont différents linguistiquement et/ou culturellement de la population locale » (Filin, 1985, p. 276).

28Les quatre derniers sens, quoique non normatifs, révèlent d’ailleurs un trait important du sémantisme du mot nacija et de ses dérivés (nacional’nost’, nacional’nyj) dans leurs emplois courants, ce qu’on peut nommer « l’altérité ethnique ».

29À l’époque de l’URSS et à sa fin, l’expression nacional’nye respubliki « républiques ethniques (mot à mot nationales) » (Chetvertyj s’’ezd… 1991, p. 176) référait aux républiques fédérées autres que la Russie ; or celle-ci n’était jamais désignée comme nacional’naja respublika. En revanche, on évoquait avec fierté nash velikij russkij narod « notre grand peuple russe » (ibid., p. 204), non nasha velikaja russkaja nacija. Dans les contextes polémiques, nacija faisait partie du monde discursif des « autres », alors que narod semblait être le mot du locuteur : « Je veux soulever la question russe. Ce n’est pas parce que je veux le retour de la domination de la nation (nacija) russe, mais c’est parce qu’en soulevant le problème des toutes les nations, dans toutes les régions, nous avons oublié le peuple (narod) russe » (ibid., p. 177).

30Dans un texte contemporain discrètement antisémite, nacija et drugaja nacional’nost’ « l’autre nationalité/ethnie » se rapporte de façon implicite aux Juifs par opposition au russkij narod « peuple russe » (G. Voroshilov, Nacija i narod, www.lebed.-com/art2508.htm).

31L’adjectif narodnyj (dérivé de narod) peut recevoir une connotation positive par opposition à nacional’nyj, même s’il s’agit de la nation russe prise hors toute distinction ethnique. Un article récent (Kononenko, 2002), intitulé significativement « Le peuple et la nation sont désunis », par allusion sans doute à l’adage de l’époque soviétique « Le peuple (narod) et le parti sont unis », commente l’énorme succès de la cérémonie de remise des Gramophones d’Or, un « prix populaire » (narodnaja premija) attribué par la station de radio Russkoe radio « Radio russe » pour récompenser les meilleures chansons du hit-parade russe, face au piètre accueil que le public moscovite a réservé à la cérémonie des Ovacii « Ovations » qui est un « prix national » (nacional’naja premija). Selon le journaliste, ce fait témoigne du rapport entre les concepts narod et nacija dans la conscience collective russe.

32V. Tishkov, directeur actuel de l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie  de l’Académie des Sciences de Russie, propose de renoncer au terme nacija et à sa variante ètno-nacija comme étant scientifiquement et politiquement inconsistant en soulignant son acception « ethnoculturelle » qui, selon lui, n’est pas une spécificité russo-soviétique. Il se réfère pour justifier son propos aux  travaux de J. Galtung, dans son article publié en 1998 sous un titre évocateur (« Oublier la nation »), qui a fait l’objet de vives critiques (Zhelamkov 2002).

33Narod est souvent ontologiquement premier par rapport à nacija. Pour le philosophe russe N. Berdiaev (Berdjaev, 1939, III, 1c), le « peuple » (narod) est « une réalité primaire et plus naturelle par rapport à la « nation » (nacija) ; dans le terme « peuple » (narod), il y a quelque chose de prérationnel ». Cette opposition est manifeste dans plusieurs contextes relevés où narod apparaît comme une sorte de « matière brute » qui doit se transformer en une nacija en s’améliorant : « Il est prévu de faire du peuple (narod) bachkir une nation (nacija) sans alcool, sans tabac ni drogue » (titre d’un article, Rambler-Media, 8/04/2002, rambler.ru).

34La primauté de narod est en même temps linguistique : les co-occurrences de ces termes montrent que dans la majorité des cas, le terme narod précède au plan syntagmatique le terme nacija. Voici deux exemples typiques :

35« Le peuple russe est devenu un peuple éclaté (razdelënnyj narod), une nation (nacija) éclatée […] statut juridique du peuple (narod) russe en tant que nation (nacija) éclatée » (S. Baburin, O razdelënnosti…, 1998).

36« L’ennemi savait bien ce qui adviendrait une fois que le pivot de la Foi serait arraché : le peuple (narod) s’écroulerait, la nation (nacija) périrait » (Mixail, Pis’mo sximnika, www.kongorod.ru).

37Cependant, il existe des contextes où nacija paraît premier par rapport à narod. L’un des exemples les plus frappants est constitué par le titre du journal Nacija narod (http://nn.ruweb.info) : les deux termes sont juxtaposés sans trait d’union, alors que le logo fait apparaître le premier terme en gros caractères de telle sorte qu’il sert de toile de fond à narod qui est imprimé en caractères plus petits. On a un rapport analogue dans un cas d’exercice de rhétorique politique comme celui-ci : « Une grande nation (nacija), un grand peuple (narod) – c’est avant tout une grande civilisation (civilizacija) » (paroles de V. Lukin citées par Rossija, 2/04/2001).

 Narod versus nacija : « peuple russe » – « nation russe » et « nation russienne »

38À propos du « peuple russe », les expressions utilisées sont russkij narod, russkaja nacija (et, depuis peu, russkij ètnos). Cependant, des distinctions subtiles apparaissent dès qu’on modifie l’adjectif : si rossijskij narod « peuple (population) de Russie » et rossijskie narody « peuples de la Russie » sont monnaie courante, rossijskaja nacija ou nacija rossijan « nation russienne, de Russie » soulève aujourd’hui en Russie de vives polémiques.

39V. Stupishin (2001, p. 1) critique I. Rojtman qui affirme dans Nezavisimaja gazeta (n° 53, oct. 2000) que nacija est un concept « supra-ethnique » et que la Russie devrait adopter « un programme en vue de former la nation ». Selon V. Stupishin, il n’existe aucune « nation russienne » (rossijskaja nacija) : « il y a seulement les citoyens de la Russie dont la majeure partie est constituée par le peuple-nation russe (russkij narod-nacija) ». Ce point de vue est partagé par E. Troickij et A. Sevast’janov11 (O razdelënnosti…, 1998).

40La position de V. Kozlov (2000) est plus nuancée : il reconnaît que l’expression rossijskaja nacija peut être utilisée (un peu comme c’était le cas de sovetskij narod « peuple soviétique »), mais son inconvénient serait de vider le terme nacija de son contenu ethnique.

41L’écrivain V. Aksjuchic, qui défend des positions nationalistes d’inspiration religieuse orthodoxe, définit cette « nation russienne » comme « l’union historique, politique et culturelle des peuples de la Russie, (…) la symphonicité (sobornost12) spirituelle et politique de tous ces peuples, basée sur le peuple russe multiethnique » (2002, p. 2, 5). Ce dernier engloberait « tous ceux qui parlent russe et qui pensent en russe, qui se sentent Russes » et comprendrait « une multitude de composantes ethniques » ; à côté des Russes au sens strict, les Ukrainiens et les Biélorusses feraient partie en tant que narodnosti d’un seul russkij narod13.

42Pour I. Artëmov (O razdelënnosti…, 1998), les Russes, les Ukrainiens et les Biélorusses feraient partie d’une seule razdelënnaja russkaja nacija « nation russe éclatée », mais il ne parle pas de rossijskaja nacija.

 Narod versus nacija : quelques surprises dans les définitions des ethnonymes

43La différence entre narod et nacija peut être observée au niveau conceptuel dans les définitions que les dictionnaires de langue donnent des ethnonymes.

44Nous en avons déjà fait état (Sakhno, 1999, p. 83-85). Ainsi, le dictionnaire (Evgen’eva 1981-1984) fait une distinction stricte entre d’une part les Arméniens, les Azéris et les Abkhaz, définis comme des nacii, et d’autre part les Kabardes, les Avars, les Tchétchènes et les Koumyks qui sont définis comme des narody.

45La distinction était d’ordre politico-administrative : si les premiers constituaient la « nationalité titulaire » (titul’naja nacija) des républiques fédérées ou autonomes au sein de l’URSS, les derniers n’étaient pas des « nationalités titulaires » stricto sensu, car les Tchétchènes, par exemple, partageaient à l’époque la même république autonome (dite de Tchétchénie-Ingouchie) avec les Ingouches ; les Avars étaient un des peuples de la république autonome du Daghestan ; les Koumyks vivaient en Tchétchénie-Ingouchie, au Daghestan, en Ossétie du Nord.

46Notons que dans (Ozhegov, 1972), la hiérarchie se présentait différemment sur le plan lexical, puisque le terme nacija était absent, et c’est narod qui désignait l’entité hiérarchiquement supérieure : ainsi les Arméniens étaient définis comme un narod, alors que les Koumyks n’étaient qu’une narodnost’ « ethnie ».

47La distinction est supprimée dans (Ozhegov, Shvedova, 1992), et on y réserve à tous les peuples un traitement égal : tous sont définis comme des narody, sauf les nations pluriethniques (plurilingues) comme les Suisses qui ne sont pas un narod mais « la population (naselenie) de la Suisse ».

48Une certaine confusion entre narod et nacija se manifeste dans les définitions du récent dictionnaire (Kuznecov, 1998). On a du mal à comprendre pourquoi tel peuple est désigné dans la définition comme nacija (ce qui est le cas des Polonais, des Ukrainiens, des Kazakhs, des Italiens, des Espagnols, des Français, des Suédois…) et tel autre, comme narod (Russes, Biélorusses, Azéris, Tchétchènes, Abkhaz, Allemands, Néerlandais, Norvégiens…).

49C’est explicable pour les Allemands (qui étaient définis par les dictionnaires jusqu’en 1992 comme un « peuple » correspondant à deux « nations » : « nation » est-allemande et « nation » ouest-allemande, Sakhno, 1999, p.  85) et peut-être pour les Norvégiens (dont l’identité face à la nation suédoise est vue comme problématique,  Tishkov, 1995).

50Il est par ailleurs significatif que les Russes et les Biélorusses apparaissent comme des narody, à la différence des Ukrainiens (nacija).

51Peut-on y voir une trace de cette altérité ethnopolitique associable au mot nacija, que nous avons supposée ? Le lexicographe reflète-t-il involontairement le sentiment identitaire des Russes d’aujourd’hui, où my « nous » engloberait les Biélorusses (pensons à l’idée d’une Confédération russo-biélorussienne, promue depuis 1994, Palij, Petrov, 1999), face à oni « eux », à ces « Ukrainiens têtus », nacija dont la souveraineté actuelle est ainsi implicitement reconnue ?

52Quant aux Tchétchènes, la réticence implicite à les considérer comme une nacija indépendante du « peuple multiethnique de la Russie » se passe de commentaires.

Analyse comparative : ètnos et narod

53Terme en vogue depuis le début des années 1990, ètnos14 a pénétré dans les manuels universitaires et scolaires, dans la presse15, mais il est moins fréquent que narod et nacija dans le discours ethnopolitique, même s’il commence à apparaître, timidement, dans les documents officiels et dans les textes juridiques. Il apparaît surtout dans les textes d’ouvrages et d’articles scientifiques ou à prétentions scientistes, cf. « l’ethnos russe : origine du nom et sources de la construction étatique » (Jashkichev, 2000). Catégorie générique, l’ètnos n’est pas réductible à la notion d’ethnie ni à celle de peuple (Hovanessian, 2001, p. 10).

54La distance conceptuelle entre ètnos et nacija est bien plus grande par rapport à la distance entre narod et ètnos : ce dernier ne s’oppose pas à nacija directement mais par l’intermédiaire de narod dont il est relativement proche.

55La faible présence du terme narod face à la fréquence de ètnos est patente dans la vaste introduction de l’encyclopédie Narody mira (Bromlej, 1988, p. 5-16), signée par P. Puchkov et Ju. Bromlej, intitulée « Les ethnos et les processus ethniques dans le monde moderne16 ». Mais narod figure dans le glossaire de cet ouvrage en tant que terme générique désignant une « communauté méta-ethnique » (metaètnicheskaja obshchnost’), c’est-à-dire tout type de communauté ethnique (Bromlej, 1988, p. 588).

56Le terme ètnos est absent de la préface d’un dictionnaire encyclopédique plus récent, Narody Rossii « Les peuples de la Russie » (Tishkov, 1994) : dans ce texte signé par V. Tishkov lui-même, il n’est question que de narod « peuple », nacional’nost’ « nationalité ethnique » et de ètnicheskaja obshchnost’ « communauté ethnique ». Il y a un commentaire assez flou sur les deux sens du terme narod (sens « civique et politique », sens « ethnoculturel », p. 4), qui ne dit pas clairement lequel des deux est pris comme point de départ dans l’ouvrage ethnologique en question (cf. la critique des positions de Tishkov par Stupishin, 2001). Ce qui marque une rupture avec l’école de Ju. Bromlej17. Mais par ailleurs, le glossaire définit ètnos comme synonyme de narod au sens ethnologique (p. 458).

57En revanche, dans l’aperçu « Composition ethnique de la population de la Russie » (Bruk, p. 24-37), en particulier dans les pages consacrées aux problèmes de dénombrement et de dénomination des différentes ethnies peuplant la Russie (p. 28-29), ètnos apparaît très souvent (13 occurrences sur ces deux pages), surtout dans les contextes polémiques tels que « il faudrait procéder à des recherches approfondies pour déterminer lesquels parmi ces groupes font indiscutablement partie de l’ètnos tatar ». Il est en concurrence directe trois fois avec narod : il s’agit de contextes du type « Environ 12 petits (m. à m. numériquement faibles) ètnos du plateau Altaï-Saïan ont été regroupés dans deux peuples (narody) plus importants : celui des Altaïques et celui des Khakasses ».

58Par conséquent, la synonymie théorique, déclarée dans le glossaire, entre ètnos et narod devient toute relative au niveau du discours ethnologique : ètnos s’apparente dans ces contextes à un narod dont le statut proprement ethnique se révèle problématique pour telle ou telle raison.

59Cette tendance se confirme dans un autre article introductif, « Russie : formation du territoire de l’État » (Tishkov, Bruk, p. 5-16) : le terme ètnos est rare et il se rapporte surtout à des communautés ethniques en puissance ou en cours de formation, car il s’agit d’« alliances de tribus qui constituaient la base de futurs ètnos » (p. 7).

60Dans le dictionnaire (Kemerov, 1996), la relative synonymie entre narod et ètnos se manifeste dans l’emploi du terme composé par juxtaposition narod-ètnos (entrée Nacional’naja ideja « Idée nationale », p. 313-314) : ètnos y joue un rôle de spécificateur en signalant que narod, terme hautement polysémique, s’entend au sens de ‘ethnos’. Dans l’entrée Nacionalizm « Nationalisme » (p. 311-312), ètnos apparaît 6 fois, alors qu’on y rencontre que trois occurrences de narod dans la collocation dannyj narod « tel peuple, un certain peuple », ce qui suppose une réalité référentielle attribuable à l’entité désignée par narod, à la différence de ètnos renvoyant à une communauté envisagée plus abstraitement. Cf. (c’est nous qui traduisons en français) :

En règle générale, d’autres ètnos sont considérés comme des ennemis [menaçant la communauté ethnique en question]. Mais cela laisse sans réponse la question de savoir pourquoi tel peuple (narod) accepte d’être l’objet d’actions destructrices (p. 312).

61Le terme ètnos fait l’objet dans (Kemerov, 1996) d’une entrée à part (p. 594-597). Les concepts de « culture » et de « milieu naturel » y jouent un rôle primordial : « une importante communauté humaine (obshchnost’ ljudej) localisée et consolidée en tant que forme de son adaptation active aux conditions naturelles locales par le biais d’une culture originale ». S. A. Kuznecov (Kuznecov, 1998) reprend dans sa définition de ètnos en partie le schéma de J. Bromlej : « communauté humaine historiquement constituée (tribu, ethnie, nation), ayant une cohésion sociale et un stéréotype de comportement original ». Les exemples donnés pour illustrer les emplois de ce terme sont révélateurs du point de vue de sa faible référentialité que nous avons notée : « ethnos germanique », « ethnos slave », « naissance d’un ethnos », « désintégration d’un ethnos » (exemples que nous traduisons en français).

62En conclusion, nacija, narod et ètnos, termes faussement synonymiques, sont tiraillés tous les trois entre « demos » et « ethnos », reflétant chacun à sa façon le conflit constant entre ces deux modes de construction discursive de l’identité collective par la société russe (Sériot, 1997, p. 44). Ainsi, narod, mot hautement polysémique à la différence de nacija qui tend davantage vers une monosémie terminologique, désigne souvent dans des contextes concurrentiels une réalité plus concrète et plus proche du scripteur ou du locuteur, alors que nacija est marqué par une sorte d’altérité, d’opposition explicite ou très souvent sous-jacente (cette opposition pouvant être perçue négativement ou positivement). Lorsque narod est concurrencé par ètnos, dont il est plus proche que nacija, le terme ètnos implique, outre ses présupposés scientistes et son statut générique, une entité humaine en mouvement, non stabilisée, envisagée dans son évolution historique. Ces problèmes mériteraient certes une étude plus vaste et plus approfondie à la fois sur le plan terminologique et sur le plan sociopolitique.

Haut de page

Bibliographie

Aksjuchic V., 2002, « Russkij narod – rossijskaja nacija », – Internet-Zhurnal Sretenskogo monastyrja, pravoslavie.ru/jurnal/ideas/rusnarod (consulté en mars 2006).

Berdjaev N. A., 1939, O rabstve i svobode Cheloveka, Paris, YMCA-Press, www.krotov.org/-berdyaev/1939/36_03.htlm (consulté en février 2002).

Bonte P., Izard M. (dir.), 1991, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, Puf.

Bromlej Ju. V. (dir.), 1988, Narody mira : Istoriko-ètnograficheskij spravochnik. Moskva, Sovetskaja ènciklopedija.

Chetvërtyj s’’ezd narodnyx deputatov RSFSR, 1991, Stenograficheskij otchet, t. 1. Moskva, Verxovnyj Sovet RSFSR, 1991.

Dalla Bernardina S., 2001, « Ethnos et nature : frontières à la carte en milieu méditerranéen », in Bromberger C., Morel A. (dir.), Limites floues, frontières vives : des variations culturelles en France et en Europe, Paris, Maison des sciences de l’homme.

Danilova N., 2003, « Russkaja nacija i russkaja literatura v èpoxu Petra I », Russkij pereplët, 11 janvier, www.pereplet.ru (consulté en mars 2006).

Dressler W. (dir.), 1999, Le second printemps des nations, sur les ruines d’un Empire : questions nationales et minoritaires en Estonie, Moldavie, Kazakhstan et Pologne (Biélorussie polonaire et Haute Silésie), Bruxelles, Bruylant.

Dressler W., 2001, « Les usages de l’ethnos, spécificités du contexte russo-soviétique et post-soviétique », Journal des anthropologues, n° 81, p. 79-108.

Evgen’eva A. P. (dir.), 1981-1984, Slovar’ russkogo jazyka v 4-x tomax, t. 1-4, 2e éd., Moskva, Russkij jazyk.

Filin F. P. (dir.), 1985, Slovar’ russkix narodnyx govorov, t. 20, Leningrad, Nauka.

Filippov V., 2002, « Potomki Mixaila Lomonosova priznany otdel’noj naciej’ », Izvestija, 2 octobre.

Gessat-Anstett E., 2001, « Les mots/maux de l’etnografia », Journal des anthropologues, n° 81, p. 65-78.

Hovanessian M., 2001, « Parcours de l’ethnologie dans le monde post-soviétique », Journal des anthropologues, n° 81, p. 7-13.

Igrunov V. V., Kudrjavcev I. E., Kuz’min A. S., 1995, « Obshchnost’ sovetskij narod kak nacija : retropsektiva i perspektivy », Vserossijskij kongress ètnografov i antropologov. Rjazan’, Moskva, RAEA.

Ionin L., 2000, « Snachala demos, potom – ètnos », Segodnja, n° 270, 2 décembre, www.7days.ru/w3s.nsf/Archive/2000_270_time_text.ionin (consulté en février 2002).

Jashkichev V. I., 2000, Russkij ètnos : proisxozhdenie nazvanija i istoki gosudarstvennosti, Moskva, http://russa.narod.ru/books/etnos (consulté en février 2002).

Kemerov V. E. (dir.), 1996, Sovremennyj filosofskij slovar’, Moskva, Bishkek, Ekaterinburg, Odissej.

Kononenko M., 2002, « Narod i nacija razdel’ny », Gazeta, 18 novembre, www.gzt.ru (consulté en mars 2006).

Kozlov V. I., 2000, « Etnos i nacija », nnmoiseev.narod.ru/st0026.htm (consulté en février 2002).

Kuznecov S. A. (dir.), 1998, Bol’shoj tolkovyj slovar’ russkogo jazyka, Sankt-Peterburg, Norint.

Laruelle M., 2000, « Lev Nikolaevich Gumilev (1912-1992) : Biologisme et eurasisme dans la pensée russe », Revue des études slaves, LXXII, 1-2, p. 163-189.

O razdelënnosti russkogo naroda : Nauchno-prakticheskaja konferencija komiteta po delam SNG i svjazjam s sootechestvennikami Gosdumy RF, mai 1998, slavmir.ruweb.info (consulté en février 2002).

Ozhegov S. I. (dir.), 1972, Slovar’ russkogo jazyka, 9e éd., Moskva, Russkij jazyk.

Ozhegov S. I., Shvedova N. Ju. (dir.), 1992, Tolkovyj slovar’ russkogo jazyka, Moskva, Az.

Palij A. I., Petrov V. L. 1999, « Geopoliticheskaja doktrina sojuza Rossii i Belarusi », Evrazijskij vestnik. Zhurnal teorii i praktiki evrazijstva, n° 11.

Pétric B.-M., 2001, « L’ethnologie ouzbèke : une continuité paradoxale », Journal des anthropologues, n° 81, p. 15-38.

Sakhno S., 1999, « La lexicographie russe et l’idéologie soviétique », Essais sur le discours de l’Europe Eclatée (Grenoble, Université Stendhal), n° 15, p. 73-91.

Sémon M., 2002, Sacré et sacrilège : une lecture de la littérature russe des xixe et xxe siècles, Paris, YMCA-Press.

Sériot P., 1996, « La linguistique spontanée des traceurs des frontières », Cahiers ILSL (Lausanne), n° 8, p. 277-304.

Sériot P., 1997, « Ethnos et Demos : la construction discursive de l’identité collective », Langages et société, n° 79, p. 39-52.

Sériot P., 1999, Structure et totalité, Paris, Puf.

Stupishin V., 2001, « Etnos, narod, nacija, nacional’noe samoopredelenie », Armjanskij vestnik, n° 1-2, www.hayastan.ru/Armvest (consulté en février 2002).

Tarasov A., 2002, « Pravo narodov na samoopredelenie kak fundamental’nyj demokraticheskij princip », Global’naja alternativa, 25 novembre, www.aglob.ru/analysis/?id=86 (03/2006).

Tichkov V. A. (dir.), 1994, Narody Rossii : Enciklopedija, Moskva.

Tichkov V. A., 1995, « Chto est’ Rossija ? », Voprosy filosofii, n° 2, p. 3-17.

Tichkov V. A., 1998, « Zabyt’ o nacii : post-nacionalisticheskoe ponimanie nacionalizma », Voprosy filosofii, n° 8, p. 3-26.

Vinogradov V. V. (dir.), 1957, Slovar’ jazyka Pushkina, t. 2, Moskva, GIINS.

Zhelamkov M. A., 2002, « Genocid... tishkom », 15 avril, site : pycckuu.gyx.narod.ru/genocide.htm (consulté en février 2002).

Haut de page

Notes

1 P. Sériot (1997) y voit une conséquence de la définition « ethnique » de la nation, qui prévalait dans le discours politique et scientiste soviétique et qui est toujours d’actualité dans la Russie actuelle.
2 Les normes de la translittération du cyrillique imposent ètnos, même si une solution hellénisante (ethnos) serait plus facile à un lecteur francophone. Le terme ètnos fut introduit au début des années 1920 par l’ethnologue russe S. Shirokogorov (1887-1939) (Stupishin 2001, p. 1), mais il semble que le paléontologue et géographe russe Anuchin (1843-1923) serait à son origine (Pétric B. M., 2001, p. 18). Il a été largement utilisé par L. Gumilëv (1912-1992). Notons que le terme ethnos/ètnos apparaît aussi dans les travaux occidentaux (Sériot, 1997 ; Dalla Bernardina S., 2001) ou russes (Ionin, 2000) pour désigner tout ce qui a rapport à l’ethnicité, par opposition souvent à demos.
3 Certains politologues envisagent néanmoins le « peuple soviétique » comme une nacija (Igrunov V. V. et al., 1995).
4 Dans l’usage scientifique français, ethnie correspond à l’une des notions les moins théorisées : « sorte de nation au rabais », « signifiant flottant » par excellence, l’ethnie se définit par une somme de traits négatifs (Bonte P., Izard M., 1991, p. 244). Notons pour narodnost’ un contexte typique comme malye narodnosti Severa « petites ethnies du Nord » (TSRJa 92, p. 401) ; on rencontre dans un sens proche malye narody ou, dans les textes officiels récents, malochislennye narody « peuples de faible importance numérique » (nous remercions A. Gazier, univ. Paris 10, de cette précision).
5 Cette expression est jugée aberrante également par S. Chernichenko (O razdelënnosti…, 1998).
6 « Communauté humaine stable à travers générations, historiquement constituée sur un certain territoire, avec des particularités communes et relativement stables de culture (y compris la langue) et de psychisme, ayant une conscience identitaire. » Cette définition de narod est cependant très proche de celle que OzhegovS. I. et Shvedova N. J., (1992, p. 408) donnent pour nacija (voir supra).
7 Dans V. Filippov (2002), les Pomory sont désignés tantôt par ètnos, tantôt par nacija ou narod.
8 Dans un autre texte, Ju. Bromlej note que ètnikos est proche du terme nacional’nost’, lorsque ce dernier désigne un ensemble ethnique indépendamment de sa localisation territoriale (Teorija ètnosa, 1983, www.sati.archaelogy.nsc.ru/-encyc_p/term.html (consulté en février 2002).
9 Plus exactement, il s’agit d’une classification évolutionniste proposée par F. Engels (L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, 1884) qui remonte aux idées de L. Morgan (1877), comme le rappelle P. Sériot (1999, p. 154).
10 Curieusement, narod présente une « forme interne » analogue à celle de natio, puisque ce mot russe est étymologiquement lié au verbe (na)rodit’sja « naître » et au substantif rod « genre, race, clan ». Comme on sait, l’étymologie du latin natio est aussi en rapport avec l’idée de naissance.
11 Il affirme par ailleurs que la conception française de nation n’est pas applicable à la Russie pour trois raisons : a) elle est incompatible avec la division ethno-administrative de la Russie, b) la tradition scientifique russe rejette la conception de nation comme « communauté de citoyens », c) un Russe se perçoit comme un rossijanin « russien » géographiquement, mais non ethniquement.
12 Terme utilisé par A. Xomjakov (1804-1860) et d’autres penseurs religieux russes : difficile à traduire exactement, il correspond à peu près à conciliarité, collégialité, catholicité. Nous reprenons l’équivalent français proposé par M. Sémon (2002, p. 164).
13 P. Sériot (1997, p. 48) note à juste titre une particularité du discours nationaliste russe : l’appartenance nationale des Russes doit être justifiée selon une hiérarchie de niveaux. Tout en insistant sur la lutte contre l’internationalisation ou contre une destruction cosmopolite de la Russie, sur la nécessité de préserver l’identité du peuple russe, les nationalistes soulignent la communauté naturelle de tous les peuples de l’ex-URSS (la tendance « eurasienne »), ou de tous les peuples de la Fédération de Russie.
14 L’influence des idées de L. Gumilev et de son histoire « socio-naturelle » sur l’usage actuel des termes analysés (M. Laruelle, 2000 ; W. Dressler, 2001, p. 92 ; E. Gessat-Anstett, 2001, p. 74) est une question complexe que nous ne pouvons traiter dans le cadre de cet article, car elle mériterait une étude approfondie.
15 Où il se confond avec nacija et narod (Filippov V., 2002).
16 Cependant, la préface (p. 5-6) utilise les deux termes en établissant une équivalence terminologique entre narod et ètnos.
17 V. Kozlov, auteur de l’article consacré au terme ètnos dans (Tishkov V. A., 1994, p. 466-467), note que Ju. Bromlej et L. Gumilev défendent l’idée de « panethnicité » (panètnichnost’) selon laquelle l’ètnos serait la forme essentielle de la vie sociale de l’humanité, alors que l’appartenance à des communautés étatiques ou religieuses pourrait jouer un rôle plus important.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sergueï SAKHNO, « « Peuple », « nation » et « ethnos » dans le discours russe », Strates [En ligne], 12 | 2006, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 17 août 2017. URL : http://strates.revues.org/1802

Haut de page

Auteur

Sergueï SAKHNO

Université Paris 10, département d’études slaves, ssakhno@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page