Navigation – Plan du site

Texte intégral

1À partir de la question russe, le collectif de chercheurs réunis dans ce numéro spécial par Wanda Dressler ouvre une réflexion plus générale sur les grands équilibres de la planète après les ruptures qu’ont constituées l’implosion du bloc soviétique puis les événements en cascade provoqués par les attentats terroristes du 11 septembre 2001.

2L’observation et l’analyse de la trajectoire empruntée par la Russie dans un tel tohu-bohu ne sont pas seulement justifiées par la place stratégique qui lui revient dans l’ensemble des pays de l’Est. L’héritage du xxe siècle en fait évidemment l’une des grandes voix parmi les prétendants à peser sur notre avenir  commun. Mais, à la lecture des contributions de cet ouvrage, on comprend en quoi la question russe interpelle chacun d’entre nous, car elle réunit en elle les problèmes qui traversent la majorité des sociétés contemporaines : l’ouverture des frontières et la constitution de blocs régionaux, l’intégration dans des espaces de proximité au sein des processus de la mondialisation, la tension entre nation et communautés ethniques, les choix d’un modèle économique ouvert mais préservant les intérêts nationaux, les stratégies de blocs, en particulier les relations avec l’Union européenne, les grands défis énergétiques et la géostratégie qui en découle, etc. Au-delà de la complexité de cette question dont l’éventail des contributions donne de nombreuses clés d’interprétation, l’on saisit bien que l’expérience russe est fondamentale pour notre avenir, en ce qu’elle met à nu les contradictions, les impasses, les défis auxquels toute société est confrontée à partir du moment où elle entre dans cette phase dite de « transition » qui oblige à conjuguer singularité et universalité.

3Je voudrais saluer le travail accompli par et autour de Wanda Dressler. Cet ouvrage est le fruit tout d’abord du projet d’une chercheur qui, pendant trois ans, en s’appuyant sur un séminaire organisé au sein de l’École doctorale « Économie, organisations et sociétés » de l’université de Paris x, a su réunir de nombreuses compétences de différentes disciplines et de différents pays pour comprendre ce phénomène particulièrement difficile de la « recomposition des espaces post-communistes ». Cet ouvrage est le reflet de ce travail de réflexion et de débats qui a nécessité opiniâtreté, passion et intelligence. Cet ouvrage est aussi le fruit d’échanges nombreux entre Wanda Dressler et le comité de rédaction de Strates. Il témoigne en cela de l’ambition du comité et, au-delà, du Ladyss qui, en tant que laboratoire supportant la revue, met en débat son projet scientifique, de proposer à la communauté de chercheurs et d’enseignants-chercheurs des synthèses collectives sous forme d’un numéro spécial qui a la portée d’un ouvrage. Celui-ci s’inscrit, après d’autres, dans la politique éditoriale du laboratoire. Je remercie tous ceux qui y contribuent et ils débordent de beaucoup les frontières de notre collectif, que ce soit parmi les contributeurs à l’ouvrage de Wanda Dressler ou parmi les membres du comité de rédaction. Leur travail, par la diversité des points de vue exprimés comme par la qualité éditoriale, mérite d’être mis en débat. À toi de jouer, lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Billaud, « Éditorial », Strates [En ligne], 12 | 2006, mis en ligne le 19 juillet 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://strates.revues.org/1522

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Billaud

Directeur du Ladyss

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page