Navigation – Plan du site
Débat: conjuguer stratégie (s) et territoire (s) ?

DÉBAT

Nicole Mathieu, Catherine Paix, Jacques Lévy, Marie-Claire Robic et Michel Rochefort

Texte intégral

1 Nicole Mathieu :

2Si une stratégie implique coordination, anticipation, pourquoi alors ne pas utiliser le terme de politique ? Pourquoi choisir d’employer le terme de stratégie, assez peu utilisé en géographie, pour énoncer une politique de création d’une ville, avec une certaine forme d’organisation, un certain modèle de répartition spatiale de l’habitat ?

3 Catherine Paix :

4Pourquoi prêter à l’État des stratégies, c’est-à-dire des actions coordonnées, et aux acteurs individuels des tactiques, c’est-à-dire des actions au coup par coup ? Les pouvoirs publics ont aussi des actions ponctuelles en face d’acteurs privés qui peuvent agir en fonction de véritables stratégies.

5 Jacques Lévy :

6L’action au coup par coup des pouvoirs publics, c’est une réponse à l’action des acteurs non stratégiques. Mais faut-il toujours opposer les acteurs collectifs, institutionnels, comme étant stratégiques, et les acteurs individuels comme étant non stratégiques ? Il y a au moins une série d’acteurs qui mène une stratégie efficace, ce sont les riches. Ils ont une stratégie d’auto-ségrégation et ils semblent avoir réussi à faire modifier à leur profit la stratégie… Est-ce que la ligne d’opposition est bien entre individus et institutions ?

7 Marie-Claire Robic :

8Le stratège a une idée de la société sur laquelle il fonde sa stratégie territoriale. Au fond, quelle est, dans le cas du Brésil, l’idée de la société qui est derrière votre analyse ? Celle-ci donne l’impression d’acteurs qui entrent en conflit : des riches, des pauvres, une classe moyenne. Cela ne paraît pas très différent de ce que nous connaissons. Quelle est l’articulation que représente le stratège, quel est le rôle de sa stratégie par rapport à la situation sociale ?

9 Michel Rochefort :

10En ce qui concerne l’emploi des notions de politique territoriale et de stratégie territoriale, l’exemple de Brasilia permet de bien préciser la différence. La politique territoriale, c’est-à-dire l’expression du pouvoir de l’État sur l’espace, c’est de décider la création d’une ville nouvelle et de choisir son emplacement au sein de l’espace national. Le président de la République en 1956 a décidé de créer Brasilia, nouvelle capitale fédérale, et de la placer au centre géométrique du pays. Il a ensuite confié la réalisation de ce projet à des techniciens en leur indiquant qu’il voulait une « ville du futur », symbole de la marche en avant de la Société brésilienne. Ceux-ci ont élaboré une stratégie territoriale pour organiser l’espace urbain à l’image de cette conception globale de la ville, en prévoyant une série d’actions coordonnées.

11Tous les autres intervenants qui vont jouer un rôle dans l’évolution de Brasilia ne sont pas des acteurs agissant seulement en fonction d’une tactique, mais sans doute avons-nous été trop schématiques. Le vaste groupe des pauvres, par exemple, agit d’abord sans stratégie territoriale. Mais il peut ensuite devenir une force organisée, par le biais des associations de quartier, si fréquentes au Brésil dans les zones de « favelas ». Il pèse alors sur la dynamique de l’espace par une suite d’actions véritablement coordonnées, donc par une véritable stratégie territoriale. C’est ce que Monique Roussel étudie actuellement dans les quartiers pauvres de Saõ Paulo. C’est ce qui commence à apparaître à Brasilia dans la favela de Paranoa. Si l’on compare Brasilia à Saõ Paulo, il est difficile de parler de stratégies des pauvres à Brasilia. À Brasilia, rien n’a été pensé, ces pauvres ont réagi au coup par coup : on leur proposait de grosses sommes d’argent et ils partaient, ils n’avaient pas le choix. En revanche, à Saõ Paulo, il existe de véritables associations de quartiers, par exemple à Héliopolis, favela proche du centre-ville, à 8 kilomètres de celui-ci. C’est une favela qui a environ 20 000 habitants ; des associations se sont créées avec l’aide des partis politiques et de l’Église. Il en résulte des actions coordonnées entre ces pauvres. Ces associations, qui étaient semi-clandestines au départ, sont tout à fait officielles aujourd’hui. Même si Héliopolis est un cas un peu exceptionnel, il est certain que les pauvres s’organisent et qu’on peut parler pour eux de stratégies territoriales. À Héliopolis, les choses en sont au point où les pauvres empêchent la municipalité d’utiliser les terrains encore libres pour d’autres choses, et empêchent même d’autres pauvres de s’y installer pour conserver leurs terrains de sport. Il y a là une organisation globale du territoire.

12En ce qui concerne le rôle de la puissance publique, il est effectivement double. À Brasilia, il est orienté, avant tout, par une stratégie globale, mais il peut aussi apparaître sous la forme de dérogations, d’autorisations semi-clandestines, qui relèvent de tactiques au coup par coup, souvent en contradiction avec la stratégie territoriale « officielle ».

13Final, fondée sur une diminution des oppositions sociales : conception très utopique. Il a voulu oublier les conflits extrêmement forts, les différenciations sociales extrêmement fortes de la société brésilienne d’aujourd’hui dans son idéologie de la marche en avant du Brésil vers le progrès. À sa décharge, il faut dire qu’il lui avait été demandé de construire une capitale politique, qui excluait une fonction industrielle importante, donc des masses de prolétaires. Il pensait qu’il y aurait une moindre opposition sociale et surtout moins de migrants. Mais les pauvres sont venus en masse, bien que les activités économiques ne soient pas théoriquement là pour les attirer, et cela a ruiné la stratégie territoriale originelle du planificateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Mathieu, Catherine Paix, Jacques Lévy, Marie-Claire Robic et Michel Rochefort, « DÉBAT », Strates [En ligne], 5  | 1990, mis en ligne le 16 mars 2007, consulté le 21 août 2017. URL : http://strates.revues.org/1405

Haut de page

Auteurs

Marie-Claire Robic

Directeur de recherche au CNRS, elle est rattachée au Laboratoire « Épistémologie et histoire de la géographie » (CNRS/Paris I). Spécialiste de l’histoire de la géographie humaine pendant les xixe et xxe siècles, elle a dirigé une étude pour le ministère de l’Environnement (STRETIE), De la notion de milieu à celle d’environnement chez les géographes (avec K.M. BESSE, Y. LUGINBUHL, M. OZOUF-MARIGNIER, J.L. TISSIER).

Articles du même auteur

Nicole Mathieu

Directeur de recherche au CNRS, elle est directrice du Laboratoire STRATES. Elle anime un réseau de chercheurs dans le GDR Agral sur « l’Évolution des exploitations agricoles dans leur environnement régional ». Elle a coordonné la publication Du rural à l’environnement. La question de la Nature aujourd’hui (L’Harmattan 1989), ainsi qu’un programme PIREN Causse Méjan, dont les résultats ont été publiés dans les Annales du Parc national des Cévennes.

Articles du même auteur

Jacques Lévy

Géographe, chargé de recherche au CNRS. Il anime depuis son lancement la revue Espace Temps, dont il a récemment coordonné un numéro thématique « Pouvoir, l’esprit des lieux. Visiter l’espace du politique. Il est également maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris, où il inaugure, à l’automne 1990, un nouveau séminaire sur l’Ile-de-France et l’espace « chantier de société ».

Articles du même auteur

Catherine Paix

Chargée de recherche au CNRS, elle travaille actuellement sur les stratégies des principaux acteurs du développement de plusieurs N.P.I. d’Asie – les entrepreneurs et la classe politique. Elle vient de diriger un ouvrage collectif sur Les bourgeoisies du Tiers Monde, à paraître au P.U.F.

Articles du même auteur

Michel Rochefort

Professeur à l’Université Paris I et Président du Comité scientifique du Département Recherche pour le Développement du ministère de la Recherche, il dirige de nombreux travaux sur les problèmes urbains dans les grandes villes du Tiers Monde. Il a récemment dirigé le numéro de la revue Tiers Monde consacré aux « Problèmes généraux du logement des pauvres dans les villes du Tiers Monde » (n° 116, 1988).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page